pensez à voter pour nous sur ces tops - sites toutes les 2h !
souhaitez la bienvenue aux nouvelles bouilles !
si tu manques d'inspiration, inscris toi à la roulette et reçois un rp sur mesure !
donnez du courage aux absents !

Partagez | 
 

 Aiden ft Raphaël, Vendredi 13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Invité
(Invité)



Jeu 11 Mai - 20:02


VENDREDI 13


Il savait que cela avait été une mauvaise idée… Mais cela restait une habitude alors il n’avait pas écoutés Aaron ni même son professeur… Il était resté après les cours, plongé dans son travail alors que c’était une chose dangereuse après cet évènement si horrible. Qui aurait pu croire qu’il aurait pu y avoir un meurtre dans cette école si réputée ? Un garçon, avait été retrouvé tué dans les toilettes et pourtant, le voilà à errer dans les couloirs, une légère peur au ventre. La police était intervenue bien entendue, et une enquête avait été lancée mais le coupable rodait toujours…

« -Je t’avais dit que c’était une mauvaise idée… »

Mais Aiden ne répondit pas, se contentant de se figer pour fixer un point.

« -Aïe… Ne me dit pas que tu vois l’âme de celui qui est mort ? »

Le garçon hocha la tête alors que le fantôme continuait de parler.

« -J-j’ai été assassiné c’est ça ? Je te reconnais, j’ai… J’ai été l’une des personnes qui te brimait… Excuse-moi, mais aide-moi je t’en prie ! J’ai essayé de parler à tous ceux que je croisais aujourd’hui, mais personne ne m’a répondu… Et toi, je sais que tu me vois car tu me regardes, tu t’es arrêté pour me regarder ! Réponds-moi ! »

Le visage du jeune homme se teinta d’une tristesse compatissante. C’était souvent comme cela… Les âmes restées n’acceptaient jamais souvent avec bonheur de se rendre compte que leur vie était finie, que tout était arrivé à son summum… Des fois, Aiden se demandait ce qu’était réellement la mort. Les humains en avaient peur, tentaient de la fuir, mais était-elle réellement une fin ? Ou un commencement ? Enfin, cela ne pouvait pas vraiment être un commencement tant que les âmes n’avaient pas trouvé la paix…

« -T’es pas obligé de l’aider hein… C’est l’un de ceux qui s’en est pris à toi, tu devrais juste l’ignorer…
-Tu sais très bien que je ne peux pas… »

Aaron soupira et regarda depuis les yeux de son frère. Mais lui ne voyait rien et il soupira de plus belle. Aiden était une personne altruiste, capable d’oublier ses besoins, ses sentiments pour les autres mais ce don ne faisait qu’empirer les choses car la peine qu’il ressentait et qui ne lui appartenait pas le touchait, bien trop… Il ne pouvait alors pas s’empêcher de faire tout ce qui était en son pouvoir… Et ce n’était malheureusement pas pour le mieux. Combien de fois, l’avait-il senti se réveiller en pleine nuit, gâchant ses quelques heures de sommeil pour consoler une âme ? Combien de fois, avait-il eut ce sentiment si désagréable d’impuissance en voyant son frère pleurer pour une personne qui était déjà morte ? Il essayait alors de le consoler, sans vraiment de succès… C’était vraiment horrible…

« -Ca va aller, d’accord ? » Tenta-t-il en avançant doucement, comme on approche un animal effrayé. « Je suis là pour t’aider oui… Tu as été assassiné en eff-…
-Pourquoi moi ? Je n’ai rien fait ! Je n’ai rien demandé ! Je veux juste revoir ma famille, que tout redevienne comme avant !
-Ce… C’est impossible… Tu es mort, je suis désolé… C’est trop tard… »

Le fantôme s’affaissa au sol et Aiden s’approcha pour s’accroupir face à lui. La tristesse qui émanait du corps translucide transparut sur son visage et il commença à tenter de le réconforter du mieux qu’il pouvait avant que le tête du garçon ne finisse par émerger des genoux dans lesquels elle s’était réfugié.

« -Tu es là pour m’aider à aller dans l’au-delà c’est ça ? Que je trouve la paix…
-O-oui, mais… Je ne sais pas vraiment comment je peux t’aider… As-tu une dernière volonté ?
-J’aimerais dire adieu à ma famille. Et je veux que la personne qui m’ait fait ça soit punie.
-Je… Je te promets que la police fera tout pour retrouver ton meurtrier… Mais, tu ne peux pas interagir avec ta famille maintenant… Et j-je ne peux pas non plus…
-Pourquoi ?! S’écria l’âme avant de se calmer, en prenant lui-même conscience de la raison.
-Désolé… »

Oui, il ne pouvait pas parler des morts aux vivants. Car on le prendrait pour un fou… Et les personnes avec qui ils tenteraient de parler se fermeraient, diraient que ce n’était que des sottises… Cela ferait du mal à la famille, comme s’il remuait le couteau dans la plaie, mais également à l’esprit qui assisterait à la scène sans pouvoir faire quoi que ce soit…
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Sam 17 Juin - 21:03

Vendredi 13


Une journée de travaille, enfin pour lui c’était plutôt une nuit… Parfois, de sa fenêtre d’appartement, il pouvait apercevoir les phares des voitures, et dans un sentiment de peine, il se souvenait de tous ses malheurs d’enfants. On lui avait pris beaucoup de choses mais il était toujours là. Prêt à se battre ? Non, il n’avait pas la force pour cela. Se venger peut-être, et encore… Jamais il n’avait revu les visages de ses agresseurs. Spencer s’en serait chargé ? Après tout, il avait assassiné sans aucun scrupule, ses parents et ses frères et sœurs, alors pour les agresseurs de son jeune cousin, ça ne devait pas être une partie de plaisir… Un jour, il lui demanderait.
La scientifique l’avait appelé en urgence pour un crime commis dans une école. Un jeune homme aurait été assassiné et il même si le corps avait été récupéré pour l’autopsie, il manquait tout le travaille de Raphaël pour avancer dans l’enquête. Il quitta alors son appartement avec son matériel pour les relevés d’indices, ainsi que le nécessaire pour les rapides analyses. Assis au volant de sa voiture après avoir quitté l’immeuble, il regarda la rue éclairée par les lampadaires et décida d’en absorber toute la lumière pour être plus à l’aise.

L’école où le crime avait été commis se trouvait en ville. Un peu loin par rapport au centre-ville, il n’y aura donc personne, surtout à une heure aussi tardive. Il se gara et descendit du véhicule, prenant avec lui son matériel, et se changeant pour mettre sa tenue de travail, à savoir une blouse noire, des gants, et un masque pour se protéger de toutes bactéries. Pas de blanc, cela refléterait le peu de lumière qu’il tolérerait. Il entra dans l’établissement scolaire et marcha lentement, regardant tout autour de lui. Ah l’école… Si seulement il avait pu y aller en toute tranquillité, si seulement il avait eu une scolarité « normale ». Mais lui ne l’était pas, alors sa vie ne devait pas l’être non plus. Question de logique peut-être ? Qui sait.

Raphaël ne savait pas vraiment si c’était de la paranoïa ou autre, mais il avait bien l’impression de ne pas être seul dans l’école. Enfin qu’importe, c’était certainement son imagination. Il continua alors d’avancer en direction des toilettes pour hommes et sentait déjà l’odeur nauséabonde du sang séché. Il n’y avait certainement pas que celui de la victime si cette dernière s’était défendue.

Le jeune homme ouvrit la porte menant aux toilettes et alluma la lumière avant d’en absorber une partie pour la rendre moins puissante. C’était déjà plus agréable. Il posa son matériel sur les vasques de porcelaine blanche, ouvrit les mallettes et commença par prendre des clichés de la scène de crime. Grâce à la nouvelle technologie, il n’avait qu’à mettre les photos sur son ordinateur et les envoyer à la scientifique. Plus besoin de se déplacer n’importe où, c’était bien mieux pour lui. Ayant fini de prendre les clichés, le blackmorgans commença le relever d’empreinte et d’indice. C’était un travail plus que fastidieux et il se devait d’être patient afin de rendre un rapport complet à ses collègues. C’était lui qu’on appelait pour se genre d’intervention, il ne devait pas se rater.

« Désolé… »

Raphaël n’était pas fou ? Il avait bien entendu la voix de quelqu’un ? Une voix masculine qui plus est. Mais l’école est censée être fermée alors comment se fait-il qu’il y ait encore quelqu’un ? Sortant discrètement des toilettes, il marchait vers la voix qu’il avait entendu et aperçut un jeune homme, sans doute un étudiant. Chose étrange, il était seul. Il parlait seul aussi. S’approchant doucement, gardant une certaine distance à cause de sa peur du contact, il finit par mieux voir la silhouette de ce jeune homme. Il semblait attristé, mais de quoi ? Etait-il le coupable de ce meurtre, avait-il un lien avec le meurtrier ou la victime ? Ce n’était pas vraiment son rôle de poser ce genre de question alors la seule chose qu’il fit fut de lui demander…

« - Est-ce que ça va ? L’école est fermée, tu es sur une scène de crime tu sais… Qu’est-ce que tu fais encore là à cette heure ? »

Sa voix était douce, il ne voulait pas lui faire peur, lui même n’était pas à l’aise en présence de personne qu’il ne connaissait pas. Alors en face de ce garçon il restait calme. Raphaël n’avait qu’il envie, rentrer chez lui, donner le rapport à ses collègues et se reposer. Mais encore une fois, tout ne se passait pas toujours comme il le désirait.


Dernière édition par Raphaël T. Montgomery le Dim 9 Juil - 14:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Mar 20 Juin - 12:24


VENDREDI 13


Ses bras l’entourèrent lui-même alors qu’il souffrait d’une peine qui ne lui appartenait pas, ses yeux tristes fixés au sol.

« -Tu n’y es pour rien Aiden, tu tentes même de l’aider, ne t’en veux pas… » Tenta Aaron en vain.

Oui, il n’y avait rien à faire pour le consoler. Cette âme qui lui faisait face ne pourrait plus jamais ressentir ce que lui ressentait… Le souffle du vent qui passe sur la peau, la fait frissonner, la chaleur du soleil qui atteint au cœur, la douleur même, l’amour d’un proche, la joie, le bonheur, les rêves d’un futur, les souvenirs d’un passé… La vie et la mort étaient toutes deux un tout. L’une donnait, l’autre prenait. A chaque fois, il ressentait cette même sensation de souffle froid en se tenant près d’un fantôme. Le froid de la mort qui glace jusqu’aux veines… L’âme baissa les yeux au sol, emplie d’une profonde tristesse avant qu’ils ne se relèvent pour regarder derrière elle.

« -Dis-moi que c’est un fantôme… Ça me rassurerait pour une fois. »

Le jeune homme secoua la tête. Non, ce n’était pas un fantôme comme ceux dont avait peur Aaron bien que cela paraisse assez comique étant donné que son frère n’avait normalement peur de rien et que lui les voyait… Mais oui, il aurait préféré que c’en soit un… Aiden se releva et recula d’un pas tremblant, puis d’un deuxième. Les muscles qui se tendent, les doigts qui se resserrent sur la peau frileuse, les poils qui s’hérissent au son de pas qui n’auraient pas dû se trouver là et qui s’avances. Un, deux, trois… La personne s’avance dans l’ombre, doucement, chaque pas par seconde comme si elle ne voulait pas le faire fuir. Ce n’était pas qu’il n’en avait pas envie, loin de là, mais plutôt que ses membres étaient paralysés. Son esprit s’agitait, regrettant tout à coup les conseils de prudence passés à la trappe, oubliés. Là, il doutait que tout aille bien… La personne s’approcha, maintenant assez proche pour qu’il puisse la distinguer entièrement, l’éclat de lune l’éclairant par la fenêtre. Une combinaison étrange maquait le corps, seul le visage était à découvert. Un visage qui n’avait rien d’effrayant. Une âme d’une douce couleur, son corps se détendit. Il n’y avait rien à craindre…

L’homme s’adressa à lui, d’une voix douce, comme s’il s’adressait à un enfant effrayé. C’était à peu près le cas, et, en aucune façon il contredirait cela. Il était souvent pris pour un enfant de toute manière…

« -O-oui.. J-je..
-C’est un membre de la police ! Si tu lui expliques, il pourra peut-être parler à ma famille ! »

Aiden se tut, son regard se tournant vers l’âme en peine qui brillait d’un nouvel espoir vacillant. Il n’avait jamais parlé à personne de son pouvoir, et, s’il en parlait, on ne le croirait pas… Il ne fallait pas vouloir intervenir dans les relations entre la vie et la mort… Le jeune homme baissa les yeux au sol, de nouveau
.
« -J-je sais, excusez-moi… Je reste souvent après les cours pour finir mon travail…
-Dis-lui ! Tu sers bien à ça non ?! »

Un ton du fantôme devenant agressif, Aiden se tendit, regardant la couleur de l’âme foncer brutalement. Ce n’était jamais une bonne idée de contrarier une âme mais…

« -Tu devrais lui dire Aiden. Si ça ne marche pas, il le verra lui-même. Et tant pis s’il te prend pour un fou, tu ne le reverras sûrement jamais après ça… »

L’étudiant avala avec difficulté sa salive et osa jeter un regard à l’homme qui lui faisait face. Et comment était-il sensé dire cela ?

« -J-je… Je parlais avec l’âme d-de la victime… Elle voudrait que l’on dise adieu à sa famille pour elle et que l’on retrouve le meurtrier… »

Et l’âme s’apaisa au contraire d’Aiden. C’était un pouvoir encombrant..

Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Dim 9 Juil - 14:46

Vendredi 13


Le technicien de la scientifique remarqua bien l’esprit torturé du garçon devant lui. Cela se voyait à des kilomètres. Il était tourmenté par quelque chose, c’était certain. Après, le découvrir ne faisait pas parti de son métier. Ce jeune homme était un élève de l’école d’art et connaissait peut-être la victime. Il n’avait pas l’air d’être dérangeant alors Raphaël pouvait retourner travailler sans craindre une quelconque présence un peu trop encombrante. Seulement alors qu’il se déplaçait légèrement pour faire demi-tour, la voix timide de l’autre le fit s’arrêter en plein élan. Être en présence de la victime disait-il ? Retrouver le meurtrier ? Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, un faible sourire presque invisible sur le visage calme du blackmorgans. Il s’approcha un peu plus de l’étudiant puis regarda autour de lui comme s’il chercher l’âme. Bien entendu lui ne pouvait la voir, mis à part s’il jouait avec les ombres. Il ne comptait pas le faire, cela l’épuiserait bien trop et il avait du travaille à terminer dans les toilettes là où le meurtre eut lien.

« - Retrouver le meurtrier est mon métier, mais si comme tu le dis, l’âme de la victime est ici, ne devrait-elle pas savoir qui est son assassin ? »

Malgré que le brun avait l’air convainquant, il restait très perplexe quand au fait qu’il voit les âmes et communique avec elles. Ce n’était pas un pouvoir donné à tout le monde, et dans un sens, il avait peut-être de la chance. Une chose était sûre, avoir ce pouvoir lui aurait été d’une très grande utilité pour résoudre les différentes affaires. Son regard se reposa ensuite sur le jeune homme qui paraissait toujours aussi effrayé. Il ne savait pas vraiment comment le rassurer. Il était en présence d’un homme de la police, armé et qui pouvait le défendre si jamais quelqu’un s’introduisait dans l’école, il n’avait pas de raison d’être aussi tourmenté.

« - Quel est ton prénom ? Je pense que tu pourrais m’aider pour résoudre ce crime, enfin si cela ne te dérange pas de faire l’intermédiaire entre l’âme et moi. Je pense avoir besoin de toi. Tu me serais vraiment d’une grande aide. »

Raphaël se tut suite à cette proposition. Peut-être que le jeune homme avait peur ou n’avait tout simplement pas envie de l’aider dans son enquête. Il est vrai que le blackmorgans n’était pas un commissaire ou un inspecteur, mais en temps que technicien, c’était bien lui qui en savait le plus sur la scène de crime et puis, il travaillait seul. Il n’avait pas de collègue pour le déranger et c’était mieux comme cela, l’homme préférait de toute façon travailler seul. Seulement là, il avait peut-être besoin de quelqu’un, et puis si l’étudiant parlait vraiment avec les âmes comme il le disait, il pourrait toujours être aidé.

Il regarda silencieusement le brun et baissa la puissance des lampadaires de l’extérieur. Il fallait vraiment qu’il guérisse de cette hypersensibilité à la lumière. Le garçon risquerait peut-être d’avoir peur du noir et le technicien n’était pas là pour l’effrayer.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Dim 9 Juil - 23:19


VENDREDI 13


L’homme commençait à partir lorsque sa voix l’avait arrêté. Il avait écouté en silence, et, en le voyant venir à lui et chercher autour, il s’attendit à une réplique cinglante du style :

« -Je ne la vois pas moi en tout cas. »

Mais non. Son esprit qui avait déjà visualisé la scène à venir, s’était trompé. C’était comme s’il avait accepté ses paroles, les admettait. Il le sentait perplexe, pas tout à fait convaincu encore, et c’était entièrement normal, mais il sentait qu’il n’y avait aucun sous-entendu ironique dans cette phrase. Qu’au fond, il le croyait. Une vague de soulagement le traversa, tandis que l’âme bondissait ? Presque de joie.

« -Je te l’avais dit ! Tu vois, la lâcheté dont tu fais preuve ?! Si je ne t’avais pas poussé, tu n’aurais rien fait. »

Aiden ne répliqua pas à l’accusation, baissant la tête légèrement.

« -Ah et, non, j’lais pas vu. Il a débarqué derrière moi, et m’a mis une main devant les yeux avant de me planter un truc dans la gorge… Après, j’ai juste souffert le martyre au sol avant de mourir. Sympa. La seule chose que je sais, c’est qu’il était plus grand que moi, de genre, cinq centimètres. J’ai juste vu son ombre, donc bon…»

Le visage du garçon tourné vers le fantôme, ses yeux revinrent vers le policier.

« -J-je m’appelle Aiden… Et o-oui, bien sûr que je peux vous aider si vous en avez besoin… »

Les yeux fuyants au sol, une légère rougeur avait monté aux joues du jeune homme en entendant les paroles de l’inspecteur. Mais Aaron, lui, réagit différemment.

« -Quoi ? Attends attends, l’aider ?! Non non, c’est hors de question ! C’est trop dangereux. On est sur une scène de crime, on sait pas ce qui pourrait t’arriver ! Si ça se trouve, le fou qui a fait ça est encore ici et pourrait s’en prendre à toi en ayant écouté, ou encore parce que tu serais sans défense ! Rester seul ici déjà, j’étais pas pour, mais en plus se mêler d’un truc comme ça, c’est donner le bâton pour se faire battre ! En plus, ce mec pu le Blackmorgans c’est pas possible. Si ça s’trouve c’est un putain de piège… »

Le garçon ne répondit rien. Il avait l’habitude que son frère s’emporte dès qu’il le penserait un peu en danger. Il se souvint d’ailleurs d’une fois où il avait répliqué :

« -Si on te dit qu’aller à l’hôpital est dangereux, tu m’y interdiras d’y aller si je suis en train de mourir ? »

C’était peut-être un exemple assez nul, mais c’était le seul qui lui était passé par la tête à ce moment-là. Juste pour dire, qu’il fallait parfois prendre des risques, tant que la raison était valable. Ici, elle l’était non ? Eviter à un monstre de commettre de nouveau l’irréparable…

« -Ah euh… » Reprit-il. « L’âme n’a pas vu son meurtrier, non… Seulement son ombre avant que sa vue ne soit caché par une main... Et, il pense que son assassin est plus grand que lui.. On lui a planté quelque chose dans le cou, ce qui a provoqué sa mort apparemment… Je n’en sais pas plus, et lui non plus… »

La lumière baissa ostentatoirement et Aiden s’approcha de l’homme par réflexe, ses mains se serrant entre elles. Ce n’était jamais normal les choses dans ce genre. Il n’avait pas peur des fantômes, en étant entouré, il s’y était habitué, et puis, il ne croyait pas vraiment au surnaturel, étrangement peut-être, mais il savait que certaines choses ne pouvaient pas être expliqués par la science. Et ça, cela l’effrayait. Ne pas savoir comment cela se produit, et, ne pas voir ce qui pourrait, éventuellement, être un danger…

« -V-vous… Avez besoin d’autres choses ? J-je… I-il commence à faire vraiment sombre… Je n’aime pas rentrer la nuit comme cela… »

Il ressemblait à un oisillon effarouché, qui piaille dès qu’il est plongé dans le noir car il en a peur.

« -I-il faudrait aussi que je vous donne mon numéro de téléphone, enfin, si vous pensez en avoir besoin… Après, j-je ne sais pas vraiment à quoi je pourrais vous être utile… »
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Lun 17 Juil - 22:47

Vendredi 13

« L’âme n’a pas vu son meurtrier, non… Seulement son ombre avant que sa vue ne soit caché par une main... Et, il pense que son assassin est plus grand que lui.. On lui a planté quelque chose dans le cou, ce qui a provoqué sa mort apparemment… Je n’en sais pas plus, et lui non plus… »

L’écoutant attentivement, il prit rapidement des notes dans un petit carnet qu’il rangea très vite dans sa poche une fois cela terminer. La personne est plus grande que lui, ce qui élimine les élèves de petite taille et ceux qui étaient évidemment absents le jour de l’assassinat du gamin. Cela n’éliminait pas grand monde mais c’était toujours ça de moins sur la liste des suspects. Il remercia le garçon d’un signe de tête, puis le voyant s’approcher de lui par peur, il tendit les bras puis l’attira à lui pour qu’il n’est pas peur. C’était de sa faute à lui s’il se sentait comme ça, il fallait bien qu’il le rassure sur le fait qu’il n’a rien à craindre à ses côtés.

« V-vous… Avez besoin d’autres choses ? J-je… I-il commence à faire vraiment sombre… Je n’aime pas rentrer la nuit comme cela… »

Un petit sourire naquit au coin de ses lèvres, qu’il dissimula facilement dans l’obscurité. Avec le danger qui courait autour de cette école, il n’allait certainement pas le laisser rentrer tout seul comme de rien. Non, le blackmorgans comptait bien le raccompagner chez lui dès qu’ils en auraient terminé avec la scène de crime, enfin surtout lui. Le technicien avait une petite idée derrière la tête afin de tirer d’avantage d’information à l’âme de la victime, sans qu’elle ne se rende compte que ça pourrait lui servir pour la suite de la petite enquête. Avant d’être technicien d’un la police scientifique, il était surtout un flic et savait comment les enquêtes fonctionnaient. C’est d’ailleurs bien pour cela que ses supérieur le laissaient travailler seul. Un ancien flic qui bossait désormais dans la scientifique était parfois et même très souvent bien plus efficace que ses collègues enquêteurs. En le mettant seul sur une affaire et sans les équipes dans les pattes, il pouvait faire des miracles. Raphaël se recula juste pour pouvoir regarder le visage peureux de l’étudiant, se trouvant à moitié dans ses bras. Il posa sa main sur sa tignasse pour l’ébouriffer affectueusement, un petit sourire, toujours encré au coin de ses lèvres.

« - C’est moi qui ai baissé la puissance de l’éclairage, ne supportant pas la lumière… Je te raccompagnerai chez toi, ne te fais aucun soucis. »

Pour le rassurer, le technicien s’amusa à prendre un petit et faible rayon d’électricité dans sa main et en fit une petite boule d’énergie qui virevoltait près d’Aiden. Ainsi, il voyait suffisamment clair et lui ne craignait pas d’être dérangé par la puissance de la lumière. Il espérait qu’ainsi, il se sentirait un peu mieux et n’aurait plus peur de l’obscurité.

« I-il faudrait aussi que je vous donne mon numéro de téléphone, enfin, si vous pensez en avoir besoin… Après, j-je ne sais pas vraiment à quoi je pourrais vous être utile…
- Cela m’arrangerait de pouvoir te contacter en effet. Ne te sens pas inutile, le simple fait de savoir que l’assassin est plus grand que la victime m’a enlevé une partie des suspects possibles. Et je vais encore avoir besoin de toi. »

Doucement, il rompit l’étreinte et lui attrapa la main pour l’emmener avec lui sur la scène de crime, soit les toilettes. C’était dans cette pièce que se trouvait tous les indice possible à la résolution du meurtre. Raphaël aurait très bien pu demander de l’aide à son cousin, lui n’aurait eu qu’à remonter dans les souvenirs de la victime pour savoir qui était l’assassin, mais non, il voulait travailler de lui-même et le garçon lui tenant encore la main allait sans doute pouvoir l’aider.

« - Pendant que je m’occuperai de finir l’inspection de la scène de crime, j’aimerai que tu communique avec l’âme, et que tu écoutes attentivement tout ce qu’elle te dira des derniers jours qu’elle a vécu. J’aimerai aussi qu’après tu me le répètes, il y a des choses, infimes soient-elles, qui pourront toujours me servir dans l’enquête. Tu veux bien ? »

Raphaël s’exprimait sur un ton doux, ne souhaitant ni le brusquer, ni le forcer. Si Aiden ne voulait pas, il ne ferait que le raccompagner chez lui et se débrouillerait avec ce qu’il avait déjà.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Mar 18 Juil - 17:11


VENDREDI 13


Une étreinte. Aiden rougit, cette douce teinte heureusement dissimulée par la nuit les enveloppant de son manteau sombre. Quelques secondes passèrent, la chaleur s’immisçait en lui, douce et rassurante, si bien qu’il aurait pu, le temps d’un instant, se blottir doucement, en oubliant qu’il était avec un inconnu. Mais, cette envie fut de courte durée. La personne s’écarta de lui, souriante, et l’étudiant se frotta les yeux pour revenir sur terre, une main passant dans ses cheveux. Le sourire qui naquit sur ses lèvres fut aussi éblouissant que la lune. Tendre et lumineux, sans pour autant que l’on soit forcé d’en détacher le regard. Puis, les paroles de l’homme le firent ouvrir de grands yeux. Si attendait-il ? Autant que de voir un éléphant débarquer ici. Absolument pas.

(-Quoi ? Il veut te raccompagner ? Ouais bon, c’est bien, mais y’a pas intérêt qu’il demande à rentrer ! Et toi, tu l’invites pas !)

Aaron n’entend que ce qu’il veut, absolument pas dérouté d’apprendre les capacités que peut posséder une autre personne. Il est simplement inquiet. Un Blackmorgans gentil, n'est pas un bon signe pour lui au contraire. Il se méfie pour deux. Aiden ne l’écoute pas, encore abasourdi par cette révélation. Il le fut encore plus en le voyant œuvrer. Cette petite boule de lumière, ressemblait à une petite étoile. Il avait peur d’en approcher ses doigts, mais ses yeux, eux, ne purent qu’admirer cet éclat si magnifique.

« -C’est incroyable… »

Puis, des questions fusèrent dans son esprit, alors, qu’il assimilait les paroles qu’on lui avait dites. Ne pas supporter la lumière ? Une expression inquiète vint s’installer sur son visage. Il voulut l’appeler, lui poser cette question qui le démangeait un peu… Il ne connaissait pas son nom… Et, l’homme continua de parler, avant de l’entrainer sur la scène de crime. Aiden eut des réticences. L’âme, en voyant cela, ressentit de nombreuses émotions qui l’assaillirent brusquement. Aïe, mauvaise idée…

« -O-oui, bien sûr… »

Il répondit néanmoins, et, l’âme se calma. Elle allait participer pour trouver son meurtrier. Et qu’elle paie. Joie malsaine. Aiden n’aima pas. Cette sombre émotion rentrait en lui, dans sa poitrine, si bien, qu’il aurait voulu se la gratter frénétiquement pour qu’elle disparaisse.

« -Att… »

Il voulait lui demander comment il s’appelait, c’était important non ? Le reste, ses interrogations, pouvaient attendre. Mais le fantôme commença à parler, et Aiden retranscrit, sans même faire attention au sens des paroles qu’il disait.

« -Ces derniers jours, je n’ai pas fait grand-chose hein… C’était un peu la routine. Je venais en cours, je sortais, je rentrais chez moi. J’suis sorti un peu avec des amis. Ah d’ailleurs, on t’avait croisé Aiden. On t’a taquiné, comme on fait d’habitude quoi. Ça a pas eu l’air de plaire au prof d’arts par contre, il nous à lancé un regard noir, mais il a rien dit. Après, j’ai eu l’impression qu’il en avait un peu après moi. Il t’aime bien, t’es son chouchou. Je sais pas quoi dire d’autre moi. J’me suis embrouillé avec personne, ni rien. Ça m’est tombé dessus comme ça. »

Aiden se tut, se frottant encore un peu les yeux. Il commençait à fatiguer.

« -Je crois qu’il n’a rien d’autre à dire pour le moment… Il vient de partir… Désolé… » Fit-il en baissant les yeux. « Vous avez besoin d’autre chose ? Ah euh…. J-je… Comment vous vous appelez ? Ce serait plus pratique de le savoir je pense. »

Un sourire aux lèvres, ses yeux ne quittaient plus l’homme, en attendant sa réponse.

« -Et, merci pour cette petite boule… C’est vraiment incroyable. C’est rassurant.. Je ne comprends pas pourquoi vous ne supportez pas la lumière… C’est une chose douce et chaleureuse pourtant… Comme lorsque vous m'avez pris dans vos bras. C'est une sorte de lumière, intérieure, qui naît des sentiments... Enfin, désolé, vraiment, je suis désolé… Je me mêle sûrement de ce qui ne me regarde pas, je ne voulais pas. » Se reprit-il.

Le sommeil brisait le filtre de ses pensées. Il disait tout ce qu’il pensait, tout simplement.


Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Lun 24 Juil - 17:19

Vendredi 13


Ce n’était pas difficile à deviner pour un homme travaillant dans la police depuis quelques années. La mort remontait à la veille aux alentours de dix-neuf heures. Or à cette heure seule le personnel et le corps enseignant était là. Le garçon ne l’était pas puisque les caméras de l’entrée de l’école ne l’ont pas filmé entrer après la fin de la journée exceptionnellement il n’était pas venue. La victime n’avait pas été vue par ses amis à la sortit de l’école ce qui expliquait qu’il était bien dans le bâtiment au moment de son meurtre. Il n’avait tout simplement pas pu sortir, piégé par son assassin. D’après les dires de l’âme, le principal suspect ne pouvait être que le professeur d’art. Fallait-il encore qu’il trouve des preuves. Ça n’allait pas être bien compliqué, mais retrouver l’arme du crime était primordiale, il lui faudrait le rapport de son collègue légiste pour un peu plus avancer. Le temps de terminer ses relevés sur la scène de crime et ranger tout son matériel, il écouta le garçon.

« - Ah, excuses moi, je n’ai pas pensé à me présenter. Je suis Raphaël Terrence Montgomery, mais appelle moi simplement Raphaël. »

Il lui rendit son petit sourire puis l’écouta parler de la beauté de la lumière et son sourire devint plus triste. Il ne pouvait pas savoir pourquoi sans le connaître. Le blackmorgans ne lui en voulait absolument pas, peu de personne savait, Calypso, sa meilleure amie, mais également son cousin Spencer. Les autres n’étant pas au courant de tout ce qui avait pu lui arriver dans son enfance.

« - Petit, j’ai perdu mon père dans un accident prémédité, un meurtre si tu préfères. J’étais dans la voiture à côté de lui quand elle a été renversée dans un ravin… Ce qui m’a empêché de voir pendant un long moment fut la lumière des phares de la voiture face à nous, qui nous fonçait dedans. Il s’est passé beaucoup de chose ensuite, mais le déclencheur fut l’accident de voiture où j’ai perdu mon père. Et ne t’excuses pas, c’est normal d’être curieux, peu de gens sont habitués à me voir. »

Ayant bien remarqué que le garçon tombait de fatigue, il rangea tout son matériel ayant fini son travail. Il n’avait plus qu’à attendre le rapport du légiste pour continuer l’investigation. Se tournant vers l’étudiant, ses mallettes dans les mains, il lui adressa un petit sourire. Raphaël l’invita à le suivre jusqu’à la sortie de l’école d’art et l’emmena jusqu’à sa voiture qu’il déverrouilla à l’aide de sa clé électronique. Cette voiture typique des « gosses de riches » était un cadeau de son cousin pour fêter sa majorité. On voyait bien à l’allure qu’avait ce modèle sport, que ce n’était pas une voiture qu’un flic prenait pour se rendre au travail. Mais l’avantage était que le par-brise était teinté comme chaque vitre. Il passa au coffre pour ranger ses mallettes puis ouvrit la portière côté passager, laissant ainsi le jeune homme monter.

« - Et tutoies moi aussi, s’il te plaît, je ne suis pas si vieux ! »

Un léger rire, il ferma la portière et fit le tour pour prendre place au volant et démarrer. Ayant l’adresse en tête après l’avoir demandé, le technicien le posa à destination.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Lun 24 Juil - 18:56


VENDREDI 13


Raphaël Terrence Montgomery. Aiden sourit, avant que celui-ci ne fane en sentant la soudaine tristesse de l’enquêteur. Il était vraiment trop curieux, regrettait sa phrase qui venait de blesser, de rouvrir une blessure qui paraissait profonde… Ce qu’on lui dévoila lui fit baisser les yeux. C’était horrible, et il sentait la culpabilité le ronger un peu plus.

« -Désolé… » Répéta-t-il doucement.

L’homme rangea ses affaires, et il le regarda distraitement, pris dans ses tristes pensées. Il suivit Raphaël en tentant de se reprendre, en essayant de sourire un peu. La voiture qu’il vit lui fit faire les yeux ronds. Il avait peur de l’abîmer, rien qu’en l’effleurant.

« -V-vous êtes sûr que je peux ? » Demanda-t-il inquiet.

Mais, la porte s’ouvrant pour lui, le fit avancer timidement, prendre place sur les gros sièges en cuir dans lesquels il paraissait minuscule. Le tutoyer ?

« -C-c’est une habitude, d-désolé ! »

L’étudiant rougit, se mettant à tordre ses doigts, gêné. Il communiqua l’adresse, et la voiture démarra avec un ronronnement heureux. Il devait avouer qu’il était mal à l’aise. Pas à cause du technicien, ou de sa présence ! Plus par la voiture. Elle rappelait celle de sa mère… Il se souvint, avoir été à cette même place, avec une femme inconnue, la peau beige, quelques rides, des cheveux d’un blonds presque bruns, des yeux noisette, une prestance hautaine… Une âme sombre. Mais, si d’habitude, la couleur qu’il voyait était celle représentant le comportement par rapport à lui, celle-là était différente. Il sentait que cette couleur noire était tout le temps présente, avec n’importe qui. Qu’elle l’avait imprégnée, comme le blanc avec son père… Et, il se souvint avoir eu des frissons en voyant les ténèbres emplir cette femme.

(-J’aimerais aller chercher l’arme du crime, ça ira ?)

Il fut surpris par cette initiative, mais hocha la tête, sans vraiment y faire attention. Alors, Aaron le laissa, quittant son corps ou un vide profond se créa. Les mains du garçon se resserrèrent sur son ventre, alors qu’il déglutissait pour tenter de garder son calme.

Pourquoi Aaron était parti ? Parce qu’il n’avait pas vraiment confiance envers ce Blackmorgans –enfin bon, envers tout le monde s’approchant d’Aiden en général-, et préférait que l’enquête se boucle le plus rapidement possible pour que son frère ne soit pas mis en danger… Il re-rentra dans le lycée, fouillant dans les salles de cours de la victime. Il était dans la même classe que son frère, et il y assistait toujours, alors, il avait fini par mémoriser. Et, il commença à examiner chaque recoins, à chercher chaque indice ou chose lui paraissant étrange.

De l’autre côté, Aiden était arrivé devant chez lui, presque gêné que d’arriver dans ce bas quartier dans un tel véhicule. Il ouvrit la porte, mais resta quelques instants sans bouger, hésitant encore.

« -V-vous voudriez manger à la maison ? Pour vous remercier de m’avoir raccompagné… »

Les yeux baissés, il les releva en souriant, lorsque Raphaël accepta. La voiture fut fermée, les escaliers montés, l’appartement ouvert. Ils rentrèrent, le garçon sachant très bien que si son frère revenait, il risquait de se faire gronder. Comme d’habitude… Les lumières, il ne les alluma pas, préférant tâter doucement dans son appartement pour allumer quelques bougies. Puis, il partit dans la cuisine, laissant le policier dans le salon, faire à sa guise. Il n’allait pas faire un repas, cela prendrait beaucoup trop de temps… Alors, il se contenta de faire réchauffer des plats de pâtes qu’il avait achetés la dernière fois, avant de les présenter sur la table basse, avec une tasse de thé.

« -J’espère que cela vous conviendra… Sinon, je vous ferais autre chose ! »

Il s’assit, commença à manger. Il n’osa pas poser de questions, alors, comme lui avait dit une fois Shadow, il ne dit rien, au lieu de dire des imbécilités. Le silence était parfois préférable… Ils mangèrent, le temps s’écoula paisiblement. Puis, brusquement, Aaron revint dans son corps, le faisant sursauter.

(-J’ai trouvé où est l’arme du crime je pense ! Je suis pas sûr entièrement hein, mais, dans la salle d’art, y’a un mouchoir plein de sang, comme si on avait saigné du nez, et j’ai une putain d’impression qu’elle se trouve là. Tu sais en plus, un des instruments avait disparu ? Bah il est dans un des tiroirs du bureau du prof. C’est pratique de pouvoir fouiller sans rien toucher dis donc ! Et, en tout cas, le meurtrier est quand même un putain d’imbécile !)

Dans le bureau du prof ? Ce serait lui ? Mais, il paraissait tellement gentil… Il était prévenant avec lui, doux…

(-Tu trouves tout le monde gentil.) L’accusa encore son frère, sans en rajouter après avoir vu la présence du Blackmorgans.
(- Peut-être, mais bon…) Fit-il intérieurement avant de reprendre à voix haute. « -L’arme du crime… Je sais où elle est… »

Comment allait-il lui expliquer comment il savait ? Il devrait lui dire pour son frère, obligatoirement ? Enfin, il était déjà au courant pour son pouvoir alors… Une révélation en plus ou en moins, ce n’était pas grand-chose…
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
()




Revenir en haut Aller en bas
 
Aiden ft Raphaël, Vendredi 13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Répondre au sujet


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ Illuminate the Darkness :: Epilogue :: Archives. :: rps abandonnés-
Sauter vers: