pensez à voter pour nous sur ces tops - sites toutes les 2h !
souhaitez la bienvenue aux nouvelles bouilles !
si tu manques d'inspiration, inscris toi à la roulette et reçois un rp sur mesure !
donnez du courage aux absents !

Partagez | 
 

 Rira bien celui qui souffrira le dernier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar


Gabriel Mesvell
(mauviette qui se donne un genre)

Messes basses : 101
Avatar : Douglas Booth



Situation : Célibataire
Métier/études : Etudiant en histoire des arts

Réputation : 192

Inventaire : Anneau rose x1
(temps illimité)

Pouvoirs : Pouvoir sur la Douleur • Comprend les pouvoirs d’Insensibilité à la douleur et le Déclencheur de Douleur.

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 23:01




Rira bien celui qui souffrira le dernier.

ft. Naë 657 mots




Les aiguilles semblaient nargué le pauvre Gabriel, confortablement installé dans son canapé. Il y était même allongé, le téléphone posé sur la table basse de son salon. Cette petite conversation par SMS ne l'avait pas réellement agacé, mais presque amusé. Qui ce gars pensait bien être pour être à même de faire souffrir un faux Whitestone tel que lui ? Néanmoins, il savait bien qu'il n'avait d'autres choix que de s'y rendre. Faire poireauter cet enfoiré restait tout de même un objectif, alors, il attendit simplement encore quelques minutes.

Il se demandait combien de temps il allait devoir tenir compagnie à Naëtrucmachin. Sans doute pas longtemps, dès qu'il s'apercevrait que ses coups ne lui font rien, il se lasserait, et le laisserait rentrer chez lui. Tout simplement... Gabriel espérait simplement qu'il pourrait tout de même assister au concert de ce soir. Chacune des représentations d'Ezra lui mettait un peu la pression, puisqu'à chaque fois il se demandait quand est ce qu'il pourrait finalement avoir le cran de tout lui avouer et peut être gâcher sa vie tout en reprenant du contrôle sur la sienne. Mais c'était surtout un plaisir, un plaisir pour ses oreilles. L'ambiance devenait toujours grisante quand les musiciens de son groupe commençaient à jouer. Voilà aussi pourquoi depuis plus d'un mois, il assistait à presque tous leurs concerts en trainant de force ses amis, qui y revenaient ensuite avec plaisir. C'était pour ça qu'il espérait être à l'heure ce soir aussi...

Trente minutes s'étaient écoulées depuis qu'il avait envoyé le dernier message, alors dans un profond soupir il décida finalement de se lever. Alors qu'il passa devant son miroir et voulu remettre ses cheveux un peu en place, il n'en fit rien. Moins séduisant il était mieux ce serait. Même si pour quelqu'un comme Gabriel, c'était plutôt difficile ~. Habitant en centre ville, se rendre aux habitations près de la forêt était un peu long, surtout quand comme lui on ne possédait pas de voiture. C'était un achat qu'en tant qu'issu de famille pauvre, il ne pouvait clairement pas se permettre. Le bus était la meilleure option, alors d'un pas lent il se rendit à l'arrêt, ou malheureusement le bus semblait presque l'attendre comme pour l'inviter à se dépêcher à se rendre dans le manoir de malheur. S'installant dans le fond, il usa de son charmant sourire pour obtenir le numéro d'une attrayante jeune femme. Voilà quelqu'un avec qui il pourrait peut être occuper ses nuits...

Finalement il arriva à son arrêt, et dans un énième soupir il sortit du bus pour avancer entre les immenses demeures. Cet endroit respirait le luxe auquel il aspirait, celui qu'il avait toujours voulu faire sien... Un jour, il serait riche. Oui, quand son véritable destin reviendra à lui, il héritera lui aussi d'un manoir, ne vivra pas dans un 3 pièces, et aura une voiture. Sa vie de Whitestone sera derrière lui quand il pourra assumer être un Blackmorgans accompli. Mais pour le moment il devait tout faire pour continuer à prétendre le contraire, pour s'attirer les honneurs. Quitte à accepter l'odieux chantage de Naëbidulechouette. De toute manière, il trouverait bien un moyen de se sortir de là, comme toujours.

La porte immense se trouva bientôt devant lui, et d'un air dédaigneux il appuya sur la sonnette. L'attente était oppressante, plus qu'il ne l'aurait soupçonné. Mais il n'avait pas peur. Enfin, il espérait. Et puis la porte s'ouvrit, et avant même de voir le visage de celui qui était en face de lui, il lâcha :

-"Ah enfin. Ca fait longtemps que j'ai sonné, et que j'attends devant. Alors j'espère qu'on ne me reprochera pas d'être en retard ~"
 
 

love.disaster

________

Why so serious ?
Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t310-l-erreur-de-ma-vie-ou-ma-vie-est-une-erreur-gabriel-mesvell http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t313-le-bien-ou-le-mal-les-deux http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t314-gabriel-call-me-maybe http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t147-ask-me-ombre





Invité
(Invité)



Lun 3 Juil - 21:50


Rira bien celui qui souffrira le dernier

(664 mots)

La sonnette retentit, et, avec une feinte nonchalance, Naëliam se leva pour aller ouvrir. La porte dévoila Gabriel, des cheveux blonds, ressemblant à un véritable Whitestone... Et pourtant, il savait qu’il n’en était pas un. Ces yeux verts étaient aussi sombres que son âme.

« -Oui bien sûr, je ne te reprocherais pas d’être en retard comme ta venue ici était de ton plein gré. » Un sourire ironique et énervé aux lèvres, ses mains saisirent avec une douce froideur le visage du jeune homme pour qu’il le regarde en face. « Tu me prends vraiment pour un idiot, n’est-ce pas ?~ » Sa bouche approcha doucement le creux de l’oreille du garçon, ses doigts descendant caresser son cou. « Tu ne sais pas qui je suis ? Tu ne sais pas, que je sais tout ? Comment penses-tu que je sache ton secret ? Réfléchis-y. Et, maintenant, tu te dis vraiment que je vais croire ce bobard aussi proéminent que le nez au milieu de la figure ? Tu es stupide de penser que je n’allais rien te faire. Je t’ai dit de te dépêcher. Et, ne me sors pas l’excuse du trajet. Il ne faut pas une heure petit démon. »

Et il se recula, un sourire provocateur aux lèvres.

« -Rentres, je sais que tu mourrais d’envie de me voir.~ »

Passant les pièces et couloirs de la maison, pour retourner au salon, Naëliam indiqua une place à Gabriel.

« -Nous n’avons pas défini les termes de notre… Contrat… Je t’ai juste dit que tu devais m’appartenir corps et âme, mais je suppose que tu ne veux pas te soumettre à moi si facilement ? Tu as plus envie de me tuer plutôt qu’autre chose, n’est-ce pas ? Je vais te dire, je sais que tu déteste ta vie actuelle, je le sens. Ton aura montre ta noirceur, elle suinte. Mais tu tentes de la retenir, parce que celui qui a ta place, lui, n’est pas au courant. Je t’ai vu aller à ses représentations. Je suppose que tu veux lui balancer la vérité, pour reprendre le contrôle de ta vie ? Celle-là n’est pas pour toi, ne te conviens pas. Les Blackmorgans ne vivent pas au détriment des autres, ne sont pas altruistes. Ils ne pensent qu’à eux, alors deviner tes pensées est un jeu d’enfant. Je ne comprends juste pas pourquoi tu continues la comédie… Ne voudrais-tu pas blesser des gens ? Comme ce serait étonnant. Une éducation de Whitestone qui a réussi à t’atteindre… Ou, aimes-tu juste te faire mal, à te contraindre ainsi ? Ça, j’avoue que je ne sais pas. Et, je veux savoir. Et puis, il est plus facile pour moi d’agir maintenant. Je te tiens par la gorge, mais, dès que tout aura volé en éclat, tu voudras sûrement te venger pour ce que je t’aurais fait… Alors, d’un côté, si je veux savoir, c’est afin d’amplifier cette raison. Afin que tu restes un faux petit ange durant toute ta misérable vie, et que je puisse te posséder, te dompter, petit lion que tu es… »

Naëliam s’avança, un éternel sourire peint sur son visage. Il s’assit à califourchon sur le jeune homme, ses mains allant se loger sous son t-shirt et sa bouche déposant un baiser à la commissure de ses lèvres.

« -Mais bon, même en restant un pauvre petit Whitestone, je peux t’offrir un petit échappatoire… Quand tu es ici, tu peux redevenir toi, entièrement… Tu peux te libérer, et enfin, profiter de la richesse qui aurait dû te revenir de droit… Je suis sûr que l’idée de me faire souffrir te plait aussi. Je ne suis pas masochiste, mais, vu que rien ne m’atteint, ressentir un peu de ce que vous, ressentez, est enrichissant. Je veux tout connaître, et, en plus de me donner de la luxure et du plaisir, tu ne résisteras pas à l’idée de me faire souffrir. Tu as déjà perdu, tout est bénéfice pour moi. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Rira bien celui qui souffrira le dernier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Répondre au sujet


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ Illuminate the Darkness :: Epilogue :: Archives. :: rps abandonnés-
Sauter vers: