pensez à voter pour nous sur ces tops - sites toutes les 2h !
souhaitez la bienvenue aux nouvelles bouilles !
si tu manques d'inspiration, inscris toi à la roulette et reçois un rp sur mesure !
donnez du courage aux absents !

Partagez | 
 

 Premier rencard. || ft. Naëliam Kalishka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Invité
(Invité)



Jeu 20 Juil - 13:09


Premier rencard.

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Naëliam & Owen

« 14 route des Chaûmes, samedi à 18h. »

Autant dire qu’il ne lui avait pas répondu depuis plusieurs jours, le faisant peut-être patienter. En vérité il ne savait pas et ne s’en intéressait pas plus que cela. Dans son cabinet, il étudia plusieurs dossiers, organisa ses rendez-vous avec ses clients, consulta ses nombreux mails et répondit aux plus urgents avant de quitter son bureau aux alentours de dix-sept heures quarante cinq. Il ne le prévint même pas de son possible retard, qu’importe, il n’aurait de toute façon jamais été à l’heure. C’était la chose à ne pas faire, arriver en avance montrait une envie de le revoir, au contraire, arriver en retard prouvait qu’il n’en avait pas grand-chose à faire. Et puis c’était quoi cette adresse aussi ? Il voulait le traîner où ? Un café aurait largement fait l’affaire. Ayant emmené son allemande en réparation, il conduisait une berline blanche pour retourner chez lui et prendre une bonne douche. Il faisait une chaleur à crever et le déodorant ne suffirait pas.
Garant son véhicule devant son pavillon, il entra, sa femme n’étant pas là, il en profita pour prendre une douche et se changer. C’était toujours mieux de se sentir propre. Une fois prêt au bout d’une vingtaine de minutes, il attrapa ses affaires et retourna dans sa voiture.

Une cigarette coincée entre ses lèvres, il démarra le contact et baissa la vitre pour pouvoir fumer sans embrumer l’habitacle. Au premier feu rouge qu’il rencontra, le dirarys sortit son GPS de la boite à gants et le brancha. Il attendit qu’il s’allume puis reprit la route jusqu’au prochain où enfin, il pourrait rentrer l’adresse et s’y rendre. Il était déjà dix-heures vingt-trois et il n’avait toujours pas quitté le centre-ville. C’était l’heure de pointe, les gens quittaient leur boulot pour rentrer chez eux.

« Fait chier… »

Pour être en retard, il allait sacrément l’être, mais ce n’était que le cadet de ses soucis, il fallait déjà qu’il passe le feu pour bifurquer à gauche et atteindre la route menant à la forêt. Owen était certain que l’homme se prenant pour Dieu se terrait dans un manoir sinistre. Cette simple pensée le fit sourire tandis qu’il roulait tranquillement, personne ne se rendait par ici, il n’était donc pas gêné. Allumant une autre cigarette, il fuma cette dernière le reste du trajet et arrivant enfin à destination, il se gara assez négligemment. Coupant le contact, il sortit de sa voiture et la verrouilla avant de s’approcher de la porte du manoir. C’était bien comme il l’avait pensé, l’habitation était d’apparence bien sinistre, rebutant toute personne voulant s’en approcher. Espérons ne pas tomber sur une tête d’ours empaillée en entrant… Sur cette note d’humour, il appuya sur la sonnette et attendit qu’on daigne lui ouvrir la porte d’entrée.

« J’ai pas toute la nuit. » Pensa l’homme en s’allumant une troisième cigarette pour patienter. Il fallait vraiment qu’il arrête cette manie, et pourtant, dans des cas où il devait attendre, c’était la meilleure chose pour le détendre avant qu’il ne s’énerve. La patience n’était pas son fort et pourtant, à l’aide du tabac, il gardait le contrôle. Plus qu’à attendre qu’on lui ouvre…

Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Ven 21 Juil - 13:15


Premier Rencard


18h10. Déjà du retard. Il le fait exprès ou non ? Je pense qu’il me fait poireauter, ça ne m’étonne pas. Mais, je sais qu’il viendra, il faut juste être patient… J’’ai soupiré. La ponctualité n’était pas vraiment une qualité courante par ici ! Je n’avais vu, qu’une ou deux personne l’étant, sans juste milieu même. Je me souviens de ce gamin, qui m’attirait comme un papillon de nuit vers une lumière. Je ne sais même plus comment l’on s’est rencontré. Je me souviens simplement que lors de nos rencontres, il était tout le temps en avance, s’endormant même parfois en m’attendant. Ce souvenir me fit rire, et je me servis une autre tasse de café. Il commençait à refroidir déjà…

18h49. La sonnette retentit, et je me dirigeai vers la porte tranquillement. J’avais déjà l’impression d’avoir vécu cette scène. Peut-être parce que ce n’était pas la première fois que j’invitais un homme chez moi, et qu’il se pointait en retard ? Oui, sûrement. J’ouvris la porte, fronçant les sourcils en voyant la cigarette. Mes doigts l’ont saisi d’eux-mêmes, la jetant au sol pour l’écraser. Je détestais ça. Je ne sais même pas vraiment pourquoi. Parce que cela troublait le cerveau, créait une addiction, augmentait les chances de mort ? Je pense. Après tout, je voulais des esclaves en pleine forme moi ! Un sourire narquois sur les lèvres, je l’ai invité à entrer. La porte s’est refermée, la tension monta déjà. Une tension tendue ? Hmm… Non, je ne dirais pas… Plus, quelque chose de… Bestial ? Peut-être… Je suis passé derrière lui, mes mains frôlant la peau de ses bras, remontant doucement avant de passer au torse, par-dessus ses vêtements.

« -J’espère que venir chez moi ne te dérange pas… Enfin, je pense que non, sinon tu ne serais pas venu, n’est-ce pas ? Ah et, d’ailleurs, n’étais-tu pas censé avoir une femme, et que, cela t’empêcherais de venir ? Tu n’as pas pu résister à l’ide de me voir ?~ Il fallait me le dire plus tôt mon cœur, j’aurais pu te faire venir bien avant, même si nous aurions dû nous voir en pleine nuit à cause de ton travail… Enfin, ce sera pour une prochaine fois, d’accord ? Et, au fait, pour ton retard, ce n’est pas très grave, ne t’en fait pas. Je te punirais toi aussi, comme tous les autres…♥ »

Je suis passé devant, le menant au salon.

« -J’ai fait réchauffer du café, étant donné que tu n’es pas arrivé à l’heure… »

Une tasse servie, je lui ai tendu, passant ensuite de nouveau vers lui. J’ai attendu qu’il repose la tasse, avant de passer mes bras autour de son cou, mon visage proche du sien.

« -Tu n’as pas eu l’air de beaucoup me croire la dernière fois mon chou… En plus, tu ne faisais que te payer ma tête. Heureusement que je ne m’énerve pas, et que, cela m’amuse plus que d’autre chose. Donc, je vais recommencer depuis le début, d’accord ?~ »

Une légère pause, où j’ai déposé un baiser juste à côté de son oreille.

« -Je sais tout, Owen Rosenwald. Je sais que tu trompes déjà ta femme, mais, qu’elle n’est pas au courant. Je sais que ton pouvoir te permet de traverser la matière, et, je sais que tu l’as utilisé pour voler étant jeune. Je sais que tu as tué un homme pour ton simple plaisir, après une longue observation. Et, si tu as effacé toutes preuves, ce n’était pas encore le cas, à ce moment-là. Il ne me suffit de pas grand-chose, peu de temps, et je peux te brandir de nombreuses preuves devant les yeux. Alors, Monsieur qui n’est pas ‘encore’ soumis, je pense que tu devrais l’être à moi, non ? Car, je suis plus fort que toi, tu ne surpasseras jamais un dieu. Tu es mon esclave petit cœur, que tu le veuilles ou non…~ Et, ce n’est pas du tout pour me déplaire. Tu es réellement à croquer, tu sais ? ♥ »
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Dim 23 Juil - 14:37


Premier rencard.

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Naëliam & Owen

La porte s’ouvrit enfin et la première chose qui se produit réussi à faire froncer les sourcils du dirarys. N’avait-il pas le droit de terminer tranquillement sa cigarette ? C’était pourtant de sa faute. A être en retard pour ouvrir une simple porte… Mais visiblement non, il ne pouvait pas. Alors il soupira longuement avant de suivre l’homme qui l’invitait à entrer. Une tension particulièrement monta lorsque la porte se ferma derrière eux, mais il ne parvenait pas à la décrire. Il passa derrière lui et ses doigts frôlèrent la peau de ses bras, lui provoquant ainsi des frissons. Il ne se gêna même pas pour laisser ses mains se balader sur son torse, recouvert par le tissu de sa chemise. Et le sarcasme commençait déjà. Bien-sûr qu’il avait une femme, seulement elle n’était pas dans leur maison lorsqu’il était rentré, et ainsi il était sorti. Owen ne comptait pas se justifier sur sa présence. Si le blackmorgans souhaitait penser qu’il venait parce qu’il n’avait pas résister à l’idée de le revoir, libre à lui de le penser. Ce n’était pas entièrement le cas. Ou peut-être que si, mais il ne comptait pas se justifier, plutôt rentrer dans son jeu jusqu’au bout.

« Je te punirais toi aussi, comme tous les autres…♥ »

Les sourcils du jeune homme se froncèrent légèrement et il suivit celui qui l’avait invité jusqu’au salon. Encore une phrase de reproche sur son retard et il ne pouvait qu’en sourire. Seulement ses mots restaient en travers de sa gorge. Owen détestait par dessus tout être comparé aux autres ou mis dans le même sac qu’eux. Il se savait différent et aimerait qu’on cesse de l’assembler à d’autres personnes.

« - Merci pour le café. »

Il savoura les arômes corsés de cette boisson chaude puis reposa la tasse de café sur la table basse face à lui. On même moment, l’homme s’approcha pour passer ses bras autour de son cou et il l’écouta tout le long de son petit monologue. Le dirarys buvait ses paroles, souriant la plus grande partie du temps. Lorsqu’il eut droit à un baiser près de son oreille, il en frissonna. Celui qui se prenait pour Dieu arrivait à le perturber mais il garda pourtant tout son calme. Son regard ne quittait pas celui de l’homme et lorsque enfin il termina par un compliment, l’avocat sourit. Il avait tout de même était fortement surpris d’entendre qu’il savait bon nombre de choses sur lui. C’était particulièrement déstabilisant mais on connaissait bien le brun pour être quelqu’un qui sait cacher au mieux ses émotions derrière un sourire.

« - Je suis agréablement surpris de savoir que tu sais tant de choses à mon sujet. Cela prouve bien que ma petite fraise des bois est intéressée par moi n’est-ce pas ? ~ J’avoue que cela est très plaisant seulement chercher à me faire chanter avec les preuves de mon crime est une perte de temps chéri. »

Le manipulateur c’est bien lui. Il n’avait même pas peur de se retrouver devant la justice, au contraire, cela l’amuserait sans doute. Doucement, ses mains se posèrent sur les avants-bras de l’homme et il se redressa sur le canapé, rapprochant leur visage encore un peu plus pour enfin retrouver une distance correcte. Son sourire ne le quittait pas, se faisant même plus grand et dévoilant ainsi ses petites fossettes.

« - Je te prouverais facilement que tu as tort et que je suis bien meilleur que toi mon petit coeur. Mais patience, on a tout le temps pour ça non ? ~ »

Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Dim 23 Juil - 17:51


Premier Rencard


Mes gestes le faisaient frissonner, et sa peau frémissait, ses poils se hérissant à mon contact. J’ai souris, d’un sourire carnassier. Je lui faisais de l’effet, et, lui aussi était intéressé par moi, n’est-ce pas ? Sinon, il resterait impassible, ou, me repousserait… Il m’a saisi les bras, son visage à quelques centimètres du mien. Son sourire était magnifique, rayonnant, ses fossettes si merveilleuses…

« -Oui, mais moi, à ton contraire, je ne cache par mon fort intérêt à ton encontre… » Ai-je soufflé à son oreille. « Et, j’espère bien que cela est plaisant… Ensuite, je sais aussi que te faire chanter est inutile. Tu es manipulateur, tu t’en sortirais, peu importe ce que je te ramène. Mais, ce n’est pas ça qui m’intéresse, te confronter à la justice alors que tu la mène par le bout du nez, comme tu le dis, n’est qu’une perte de temps. ~ Moi, ce que je veux, c’est te prouver qui est le meilleur, comme ce que tu veux faire. Nous avons le temps pour cela, en effet. Mais, je gagnerais, comme d’habitude. Je vais te ramener les preuves mon cœur. Et tu vas devenir mon esclave. Tu le deviendras de ton propre gré. Ce que je fais avec toi est différent de comment j’agis habituellement. T’enchainer, t’enfermer ne servirait à rien. Alors, je passe cette étape, de toute manière, tu as l’air de bien t’amuser, je me trompe ? Donc tu ne partiras pas. Et, peu à peu, tu tomberas sous mon charme, tu ne pourras plus te passer de moi. Tu te lasses vite des choses, comme de ta femme. Sache tout de suite que c’est impossible avec moi. Tes liens ne seront pas matériels, mais enchaineront ton corps, ton cœur et ton âme à moi. »

Oui, ce que je voulais, c’était ce qui m’était normalement impossible à avoir. Ca me motivait tellement ! Un homme marié, qui se lasse, manipule tout le monde à sa guise… En bon lion, je le voulais à mes pieds… Ma main s’est dégagée de son étreinte, passant à l’arrière de son crâne, glissant dans ses cheveux bruns. J’ai avancé son visage au mien, nos lèvres se réunissant. Je n’ai pu m’empêcher d’immiscer ma langue dans sa bouche, jouant avec le sienne, approfondissant le baiser pour qu’il devienne brulant et passionné. J’ai activé mon pouvoir, revenant à la scène de crime. J’ai admiré de nouveau cette scène, lâchant un petit rire de mépris. Son meurtre n’était même pas amusant ! J’ai récupéré les deux armes, du poison et une matraque, ainsi que les gants qu’il avait mis où l’ADN de la victime était présent, filmant même la scène ! Puis, j’ai tout mis à mon manoir, dans un tiroir, en étant revenu au passé, juste avant sa venue. Et enfin, retour au présent, à notre baiser, sans que mon ‘escapade’ ne se soit fait remarquée. Je me suis dégagée, lui ai souri, ai sorti les preuves que j’ai brandi sous ses yeux.

« -Tu vois ? Je suis le plus fort. Toi, tu ne peux rien trouver pour me soumettre. D’ailleurs, ton meurtre n’était pas vraiment amusant à regarder ! » Ai-je fait avec une petite moue. « Tu as fait un travail propre net, mais tu es une feignasse justement ! Tu ne l’as pas torturé, ne l’as pas saigné ! Tu l’as juste tué, pouf, comme ça ! Comme on écrase une fourmi. Ça n’a pas été compliqué donc, de faire un meurtre parfait… » Achevais-je avec provocation.

Les sachets plastiques ont vites été abandonné, et mes mains l’ont allongé sur le canapé, me mettant au-dessus de lui.

« -Tu es mon esclave petit cœur, acceptes-le. Dieu te veux, alors donnes-toi à lui… Vois cela comme un honneur, ou un privilège… Enfin, je sais que tu te donneras à moi, car je n’aurais même pas besoin de te violer ! Tu quémanderas avec avidité que je te fasse saigner comme la petite pucelle que tu es. Encore et encore. ♥ »
Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Lun 24 Juil - 14:08


Premier rencard.

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Naëliam & Owen

Il allait un peu vite en besogne mais c’était amusant. Il n’avait pas tort sur toute la ligne, bien-sûr que le dirarys éprouvait un fort intérêt pour cet homme qui pourrait sans aucun doute le sortir de sa vie monotone mais de là à dire qu’il lui appartiendra entièrement… C’était légèrement tirer par les cheveux. Owen se plairait à lui prouvait que ce n’est pas lui qui tombera le premier et que son piège avait déjà commencé. Au moins, il était conscient de qui se trouvait en face de lui. Il était bien vrai que l’homme manipulait quiconque à la simple force de sa voix et de ses mots. C’était d’ailleurs fortement utile et encore une fois, le meilleur serait lui. Il n’avait qu’à lui appartenir puis faire comme avec tout ce qu’il parvenait à avoir, se lasser et laisser les autres ramper à lui, le suppliant de ne pas les abandonner. Son regard s’abaissa vers les lèvres de l’homme pour ensuite plonger de nouveau dans ses yeux brun et provoquant.

« - Tu sais b- »

Owen s’apprêtait à lui répondre, à lui dire à quel point il faisait fausse route. Il aurait voulu avoir le temps de lui dire mais leurs lèvres se rencontrèrent. Celui qui se prétendait pour un dieu ne faisait pas les choses à moitié, déjà leur langue se mêlaient l’une à l’autre dans une danse endiablée, faisant considérablement monter la température tout autour d’eux. L’avocat ne s’attendait en aucun cas à cela mais ne le repoussa pas non plus. C’est alors qu’il se recula pour lui brandir les preuves, à savoir, le poison dans un petit flacon, une matraque venant de la voiture de la victime, ainsi que la pair de gants qui lui avait servi et qu’en principe il avait brûlé. « Tu vois ? Je suis le plus fort. Toi, tu ne peux rien trouver pour me soumettre. D’ailleurs, ton meurtre n’était pas vraiment amusant à regarder ! » S’il pensait pouvoir le provoquer avec ceci, il se trompait bien. En effet, l’avocat éclata de rire, un rire franc qui lui fit du bien d’ailleurs.

Se rappeler de son meurtre l’amusait particulièrement. Il est vrai qu’il n’avait pas torturé sa victime, il aurait très bien pu le faire, disons que c’était le temps qui l’en empêchait. Eh bien oui, après avoir commis le meurtre, il eut juste le temps d’effacer toutes les traces de son passage et d’une quelconque arme pour enfin rejoindre son épouse pour un dîner au restaurant. Il y avait des priorités dans la vie et un dîner avec sa femme était bien plus important que la torture d’un homme à ce moment-là. Se retrouvant allongé sur le canapé, l’homme au dessus de lui, il l’écouta de nouveau avant de râler légèrement.

« - Tu veux pas la fermer ? »

Le coupant dans son discours avec un baiser aussi passionné que celui qu’il lui avait donné quelques minutes plutôt, il finit par le rompre alors que l’envie de passer à plus se faisait ressentir dans les deux corps. Il repoussa l’homme pour s’asseoir et naturellement, il but son café. C’est ainsi qu’il aimait agir, faire comme si cela ne l’atteignait pas.

« - C’est bien beau de se faire appeler « Dieu », mais j’aimerai savoir ton prénom. Comptes pas sur moi pour me soumettre jusqu’au bout. D’ailleurs, détruits les preuves et je serai à toi ma petite fraise des bois. ~ Ensuite, petite question idiote, mais pourquoi choisir un homme marié, avocat et manipulateur ? Tu sais que la mission « faire d’Owen mon esclave » va être dure non ? » finit-il dans un rire avant de reprendre, posant sa tasse de café sur la table. « - Tu viens d’où, parce qu’il s’avère que dans cette ville, je connais bon nombre de personne mais un « Dieu », jamais vu. Pourquoi choisir Elyas aussi ? N’y a-t-il pas des possibles victimes bien plus dociles que moi ? Parce que de un, je ne suis pas prêt à me soumettre à quelqu’un, et de deux, cela risque d’être compliqué, je ne vais pas avoir beaucoup de temps à t’accorder, entre ma femme et mon travail… Ça ne me laisse que peu de temps pour te voir, tu vas te lasser autant que moi chéri. ~ Bon, sur ce je pense que je vais y aller ! »

C’est sur ce petit discours que Owen se leva du canapé, prêt à se diriger vers la porte d’entrée. Il n’avait pas besoin qu’on le raccompagne, il connaissait déjà le chemin.

Revenir en haut Aller en bas





Invité
(Invité)



Lun 24 Juil - 17:28


Premier Rencard


A peine finissais-je ma phrase, un sourire carnassier encore aux lèvres, que je l’ai entendu grogner doucement, avant qu’il ne m’embrasse lui cette fois-ci, brutalement. Mes mains commencèrent déjà d’elles-mêmes à agir, à se glisser sur son torse… Mais, il m’a empêché d’aller plus loin. Vexé ? Déçu ? Aucunement. J’étais amusé, au contraire. Prendre plus de temps était mieux, cela permettait d’être encore plus satisfait lorsque l’on obtient ce que l’on désire. Alors, quand il m’a repoussé, je n’ai rien fait, m’asseyant à ses côtés tranquillement, admirant sa gorge déglutir lentement, ses mains reposer la tasse avec attention… J’ai écouté ses questions, mais, je n’ai pu m’empêcher de froncer les sourcils. Il était idiot ou quoi ?! Il me posait des questions et partait sans attendre de répondre. Ça oui, cela m’énerva. Ma main a attrapé son poignet, et, je l’ai de nouveau tiré pour qu’il s’asseye.

« -Quand on pose des questions, attends au moins que l’on y répondre avant de partir. Et de deux, je ne t’ai jamais dit que tu pouvais disposer, c’est clair ? »

Je m’énervais facilement, parfois pour des choses futiles. Il avait besoin d’être dressé lui aussi… J’ai soupiré, reprenant doucement mon calme. Mais, je ne l’ai pas lâché. Il en profiterait celui-là ! Bon, mon impulsivité m’avait un peu trahie. On aurait presque dit que c’est moi qui m’abaissais face à lui, qui était dominé...

Alors, j’ai rembobiné. Pratique, non ?

Il s’est levé, je n’ai pas froncé les sourcils. Je l’ai laissé aller à la porte, avant d’apparaître devant lui grâce à mon pouvoir.

« -Qui a dit que tu avais le droit de t’en aller petit cœur ? ♥ Tu devrais rester manger et dormir chez moi vu l’heure, ta femme pensera que tu es occupé avec le travail, tout simplement. Et puis, pour me prouver que tu es le meilleur, il te faut peut-être des cartes en main, tu ne penses pas ? Je suis prêt à te révéler certaines choses tu sais…~ »

Et, sans attendre moi aussi une quelconque réponse, je l’ai entrainé dans la cuisine.

« -Pour cette fois, je veux bien faire à manger, mais la prochaine fois, ce sera à toi de me faire tes offrandes, d’accord ? »

Eh oui, je savais cuisiner, bien que cela puisse, Humm… Choquer ? Peut-être pas à ce point, mais bon. J’avais appris en regardant faire, simplement. J’avais une mémoire visuelle, très pratique avec mon pouvoir ! Je regardais quelqu’un faire, et à force, les gestes devenaient comme imprimés dans ma tête, et, je pouvais alors les reproduire. Je ne relisais pas un livre de nombreuses fois pour le mémoriser, une seule fois était suffisante. Je n’étais pas Dieu pour rien !

J’ai sorti de nombreuses choses sur la table, l’amadouant à rester avec une bouteille d’alcool et quelques amuse-gueules. Je l’ai servi, commençant à cuisiner. J’ai ordonné mes pensées, pour répondre à ses questions, ou plutôt, à certaines. Je ne révèlerais que ce qu’il me demande, et même pas dans son intégralité ! Pas plus, ou, sauf si c’est une chose amusante, car, donner des cartes oui, se jeter dans la gueule du loup en revanche…Je dirais seulement ce qui m’arrange.

« - Pour répondre à tes questions, mon petit cœur, » Ai-je commencé avec un petit sourire, « ton Dieu s’appelle Naëliam Kalishka. Ensuite, c’est ce qu’on verra. Je sais que tu te soumettras, le temps nous le prouvera…~ Et oui, je détruirais les preuves, ne t’en fait pas. Enfin, dis comme cela, on dirait que tu les crains tout de même un peu, non ? Comme si tu me suppliais d’une façon détournée ! Mais bon, je ne comptais pas les garder, cela m’encombrerait pour rien ! Donc, tu vois, tu es déjà à moi, non ? » Mon sourire s’est agrandi. Ses questions me confortaient dans mes pensées : Il m’appartiendrait. « Oui, c’est une question idiote, celle-là ! Pourquoi choisir un homme marié, avocat et manipulateur ? C’est une question rhétorique, tu as déjà dit la réponse… Justement, parce que la mission « faire d’Owen mon esclave », ne sera pas chose aisée. Cela va m’occuper, m’amuser, et puis, rien qu’en te voyant… » Mon regard s’est fixé dans le sien. « On a envie que tu sois le dessert. » J’ai posé le couteau que j’avais, passant derrière lui pour l’embrasser à la nuque, avant de tracer mon chemin, comme si de rien n’étais. J’ai ris en repensant à ses questions suivantes. « C’est une histoire amusante tu sais. Choisir Elyas ? Je vis à Elyas. J’y ai vécu. Pendant toute mon enfance. Puis, je suis parti visiter un peu le monde, avant de revenir. Ce manoir m’appartient depuis 1704. » Ai-je annoncé sans en dévoiler plus, enchaînant directement. « Des victimes plus dociles que toi ? Si, beaucoup ! Mais justement, ce n’est pas amusant ! Et si, tu trouveras du temps à m’accorder, je ne m’en fait pas. ~ Tu reviendras juste pour essayer de me soumettre et que ce ne soit pas l’inverse. Juste pour me donner tort. N’est-ce pas, petit cœur ? »

Puis, je me suis tut, continuant de préparer le repas, que j’ai mis devant nous, sans s’embêter à dresser une table. Un repas simple mais bon.

« -Bon appétit. ~ Si tu veux un dessert après, il y a ce qu’il faut dans le frigo. Ou devant toi. » N’ai-je pas pu m’empêcher d’ajouter, en commençant à manger, un sourire ancré sur le visage.

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier rencard. || ft. Naëliam Kalishka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Répondre au sujet


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ Illuminate the Darkness :: Epilogue :: Archives. :: rps abandonnés-
Sauter vers: