pensez à voter pour nous sur ces tops - sites toutes les 2h !
souhaitez la bienvenue aux nouvelles bouilles !
si tu manques d'inspiration, inscris toi à la roulette et reçois un rp sur mesure !
donnez du courage aux absents !

Partagez | 
 

 Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar


Laureen Abberton
(membre d'amour)

Messes basses : 106
Avatar : Alicia Vikander



Situation : Célibataire
Métier/études : Chauffeur de taxi

Réputation : 236

Inventaire : COMMUN
Écureuil chapardeur x1
(temps illimité)

Pouvoirs : Peut agir sur le temps, comme une télécommande sur un lecteur DVD

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Aoû - 15:19




Dire au revoir à la mort, et bonjour à l'amour.


ft. Ellias. j'ai pas compté les mots lol



Le rythme de la pluie qui tapait contre la fenêtre de son salon était toujours particulièrement hypnotique. Des heures durant elle pouvait admirer ce spectacle naturel, et en écouter sa mélodie. Mais pas aujourd'hui. Dans son lancinant rythme de vie, rien de bien extraordinaire venait habituellement troubler ses habitudes. Pourtant, tous les 7 décembre depuis quelques années, son monde se bouleversait à nouveau. Comment Laureen ne pouvait-elle ne pas penser à celle qui l'avait quitté ce jour là? La femme de sa vie, celle dont elle avait cru ne pouvoir survivre à sa disparition. Sauf 7 ans après la mort de sa grand mère, elle était finalement là. Des petites choses l'a faisait s'accrocher, et l'une de celles ci avaient rendez vous avec elle aujourd'hui, pour qu'ils puissent aller ensemble sur sa tombe. Elle savait bien qu'elle profitait un peu trop de sa gentillesse en lui demandant de l'accompagner tous les ans. Mais sans Ellias, cette journée serait simplement triste. En sa présence pourtant tout s'éclairait, et elle pouvait sourire même aujourd'hui.

Tous les deux devaient se retrouver en ville, puis Laureen à bord de sa petite voiture jaune les conduirait au cimetière. Comme elle le dérangeait de son travail et qu'elle avait envie de lui faire plaisir, elle avait bien précisé qu'elle s'occuperait du repas. Elle n'était pas une mauvaise cuisinière ni un chef, mais elle s'était vraiment appliquée quelques minutes plus tôt ,et le tout attendait patiemment dans un petit sac dans l'entrée. Malgré son enthousiasme quand à voir celui qu'elle aimait plus ou moins secrètement, sortir du canapé semblait être actuellement une véritable épreuve. Encore en pyjama malgré l'heure qui avançait avec bien plus d'énergie qu'elle, ses yeux restaient inlassablement fixé sur les gouttes qui devenaient larmes sur sa vitre. Pourtant quand son téléphone vibra pour lui annoncer la réception d'un sms inintéressant, son visage se tourna lentement vers lui et en apercevant qu'il était déjà 10h59, elle bondit sur ses pieds d'un coup et couru presque jusqu'à sa chambre. Les minutes avaient sournoisement défilé sous son nez et maintenant elle devait s'empresser de s'habiller. Pas le temps de choisir réellement, elle prit les premiers vêtements noirs qui lui passèrent sous la main. Son armoire était presque uniquement remplie de teintes sombres, pour les vêtements chatoyants il faudrait repasser. Même si elle savait bien que sa grand mère n'aurait pas vraiment soutenu cette garde robe triste, elle se sentait plus à l'aise comme ça, et surtout ne voyait aucun intérêt dans le shopping. Pourtant parfois elle avait envie de se faire belle, comme n'importe qui. Enfin pour le moment elle allait devoir faire avec ce qu'elle a, et elle se précipita dans la douche. Elle n'avait jamais été un exemple d'organisation, mais normalement elle parvenait toujours à être à l'heure. Surtout elle ne voulait pas faire attendre le policier qui lui était toujours presque trop ponctuel. Quand enfin elle fut prête, elle décida tout de même de faire un trait de liner au dessus de ses yeux. C'était rare pour elle, mais si jamais Ellias pouvait la trouver un petit peu joli, elle en serait vraiment heureuse. Alors qu'elle allait vite enfiler une veste et monter dans son taxi, elle s'arrêta une seconde devant le miroir. Simplement habillée, elle était vêtue d'un petit pull noir avec un pantalon de la même couleur, avec des chaussures à talons sombres. La tenue était de circonstance et au moins elle mettait en valeur sa taille, ainsi que ses yeux.

Après avoir conduit sous la pluie qui semblait l'accompagner, elle arriva devant le poste de police à 11h29, soit avec 60 secondes d'avance. Cette information lui arracha un fin sourire alors qu'elle sortit son parapluie (la couleur n'est pas à préciser, vous l'avez sans doute déjà compris) avant d'attendre patiemment devant le lieu de travail d'Ellias. C'était terriblement idiot, mais son cœur ne pouvait pas s'empêcher de s'emballer à l'idée de le revoir. Trouver des prétextes pour une rencontre avec lui n'était pas toujours simple, et elle avait l'impression que ça faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient vus. Enfin, elle avait toujours cette impression. En même temps elle avait presque tout le temps envie de voir son visage. D'ailleurs jamais Laureen n'avait jeté la photo de classe où tous deux étaient présents, à leurs 7 ans. Qu'est ce qu'il avait grandi ! Mais il avait toujours cette bouille adorable à qui on donnerait le bon dieu sans concession. Peut être aussi qu'elle l'idéalisait un peu, elle en avait elle même conscience. N'était ce pas un peu normal, puisqu'il était le seul être humain qu'elle appréciait, et celui dont elle était amoureuse depuis sa prime jeunesse ? En le voyant sortir et la chercher du regard, son sourire s'agrandit et elle avança vite vers lui pour le protéger de la mélodie de la pluie.

-"Salut. T'as passé une bonne matinée ?"

Son teint était un peu blasé, sans doute voulait-elle paraître détacher. Mais ses joues rougies et sa joie apparente ne jouaient encore pas une fois en sa faveur. Aussi elle ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer son sourire quand il verrait ce qu'elle avait préparé. Comment pourrait-il ne pas sourire devant des pizzas chèvres-miel parsemés de bout de poulet base crème ? Elle lui indiqua du doigt sa voiture, avant de s'y diriger avec lui en rangeant vite son parapluie à l'arrière. Jamais elle ne faisait la bise ou quoi que ce soit, elle n'était pas trop tactile à cause premièrement de sa maladie, et même dans son caractère. Quand elle fut assise devant le volant, elle secoua un peu sa tête pour faire tomber quelques gouttes qui avaient parvenus jusqu'à ses cheveux. En quelque seconde ils étaient partis pour le cimetière. Cette pensée refroidit un peu sa joie d'ailleurs, et son visage se referma un peu. Laureen avait préparé de quoi nettoyer la tombe, ainsi que des fleurs. Comme sa grand mère était une véritable férue de lectrice, elle avait prit quelques bouquins. Ne sait-on jamais si dans l'au delà ils ne possèdent pas les livres que sa chère Addy souhaite...




love.disaster

________

Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t362-laureen-femme-de-verre-vers-son-destin http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t366-incassable http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t365-laureen-is-not-waiting-for-any-message



avatar


Ellias Dawkins
(membre d'amour)

Messes basses : 43
Avatar : Sam Claflin

« There's a ghost in the mirror I'm afraid more than ever.♪ »

Situation : « It's strange what desire make foolish people do.♪ »
Métier/études : Policier.

Réputation : 178

Pouvoirs : Contrôle total sur toutes les matières métalliques.

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Aoû - 3:13

« Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amour »
Laureen Abberton

   

   

On dit d'une personne qui se lève tôt, que la nuit lui appartient. C'était cette phrase, qu'Ellias ressassait dans sa tête, sans réellement en comprendre le sens. Sa chambre était baignée dans l'obscurité totale, sans aucune trace de lumière. Pas même les reflets de la Lune osaient traversés le tissus des rideaux d'un blanc immaculé, qui ornés la seule et unique fenêtre de la pièce. Son réveil, qui était posé en travers de sa commode en pin, affiché les quatre zéros caractéristiques de "l'heure du crime ". Ah, comme Ellias rêvait de faire partie de ces personnes qui trouvent le sommeil instantanément. Ah, Ellias, il ne faisait décidément pas partie de cette catégorie.

Allongé sur son matelas, le regard plongé sur le plafond de son modeste studio, ses bras croisés derrière sa tête, Ellias réfléchissait.  Son esprit n'en faisait qu'à sa tête, et s'en devenait irritant. Il contrôle, il commande, il n'a jamais subit et ça n'arrivera jamais. Mais il avait fini par s'habituer à cet acte de rébellion de la part de son esprit, à cette période précise de l'année. Sept décembre. Un jour qui se déroulait toujours étrangement, et il était incapable de connaitre la véritable raison. Était-ce dû à son attitude presque normale? Est ce qu'il côtoyait pour une fois, une personne qui n'avait aucune idée de qui il était devenu et que, quelque part, bien enfoui dans son cœur, ça lui plaisait? Laureen. C'était bien cette personne qui hanter ses pensées durant cette nuit du sept décembre.

C'était bien cette personne, qui voyait en lui, seulement un homme,qui remuer ciel & Terre au nom d'une cause louable. Mais si elle découvrait.. Non, jamais. Laureen ne devait rien savoir et si.. par un terrible malentendu, elle venait à l'apprendre, alors Ellias ne se le pardonnerait jamais. Cette jeune femme se révélait toujours si attentionnée envers lui que s'en était constamment déroutant. C'était si nouveau pour un homme comme lui. Un homme qui au fond, ne méritait pas toute cette gentillesse et ce dévouement.

Les deux heures qui suivirent se dissipèrent aussi rapidement qu'une bougie qui se consume. Durant ce laps de temps, sa patience avait été rudement mise à l'épreuve ainsi que ses nerfs, qui avaient dû résister durant tout ce temps, contre la terrible tentation de craquer. Il avait fini par s'avouer vaincu et le travail avait eu raison de lui. Il avait terminé sa nuit sur la chaise de son bureau, la tête perdue entre une tonne de papier et ses classeurs qui comportés beaucoup trop de paperasse importante.
A six heures, il avait réussi à accomplir tout le travail qu'il avait à terminer et croiser juste les doigts pour qu'il l'ai fait correctement. La nuit, il n'avait jamais les idées bien claires, c'était un peu comme si, la nuit et ses ténèbres n'enveloppaient pas uniquement la ville mais son esprit également.

Tandis qu'il pronnonçait des prières inaudibles, Ellias empruntait le chemin de la salle de bain, emmenant avec lui une chemise de soie noire et un jean foncé ainsi qu'une ceinture aux tons marronnés qui s'accorderait avec la couleur de ses chaussures. Chaque année, il prévoyait une tenue à la fois sobre et discrète, simple et élégante. C'était ce qu'il correspondait à l'évênement, sinistre, du jour.

Quelques gouttes d'eau froides perlaient encore sur son front alors qu'Ellias observait son reflet dans son mirroir à moulures dorées, une serviette nouée autour de sa taille. Même si, il avait du mal à l'admettre, sa mine était affreuse ce matin. Un visage qui reflétait la fatigue et un regard vide qui n'était que la conséquence de la nuit qu'il avait passé. Quel génie, il avait une mine à faire hurler de peur les défunts. Bon, peut être qu'avec un sourire comme le sien, le désastre qu'était sa tête passera inaperçu.
Pendant qu'il prenait quelque gorgée de son café, un festival de jurons défilaient dans sa tête. Il n'aimait pas paraitre ainsi, et rien que pour son visage voilé par la fatigue, Ellias aurait préféré passer sa journée enfermé dans un bureau et ne voir personne. Ne croiser personne. Pour que personne ne le voit. Mais il avait une promesse à tenir et à respecter, il ne pouvait pas laisser tomber Laureen aujourd'hui. Certainement pas aujourd'hui. A cette pensée, ses yeux se posèrent sur le bouquet de fleurs, la rose solitaire et les différents sachets de chocolat, fièrement posés sur sa table de verre. Sa tasse à portée de ses lèvres, Ellias prit un long moment pour considérer la rose d'un rouge éclatant, encore prisonnière de son emballage.

La fleur aux épines diablement tranchantes trônait au côté du simple bouquet d’œillets qui paraissait presque ridicule tandis que la rose elle, était d'un rouge si vif et ses pétales étaient si délicates et magnifiques,qu'elle incitait tout les regards à converger dans sa direction. Ellias avala une gorgée de son café qui était devenu tiède. C'était ridicule, il avait acheté cette rose afin de l'offrir aujourd'hui à la jeune femme Abberton. La veille, il s'était sentit tellement sûr de lui, tellement confiant à l'idée de donner une simple rose à Laureen. Maintenant, disons que toute sa confiance s'était envolée. Cette rose, ne représentait rien à ses yeux, c'était juste, un simple acte de politesse mais et si, elle l'interprétait autrement?

Ellias but une énième gorgée, son café était devenu froid. Il n'avait plus trop le choix à présent, il devait prendre son courage à deux mains et lui offrir cette stupide rose. Pourquoi se prenait-il la tête sur cette formalité? Après tout, ce n'était que par pure politesse. Sa décision prise,le policier avala d'une traite le reste de sa boisson et rangea la tasse dans son lave-vaisselle qu'il mit en route avant d'enfiler ses chaussures en cuir. Avant de sortir, il réajusta la capuche de son long manteau foncé, vérifia que les fleurs et les chocolats ne risquaient pas de tomber. Il referma la porte de chez lui, emprunta l'ascenseur pour descendre et sortit en trombe de son appartement pour tenter désespérément de contrer la pluie et l'humidité. A l'abris dans sa voiture, il frotta ses mains pour faire disparaître les dernières gouttes qui dévalaient ses joues.

La matinée fut atrocement longue, l'heure tant attendue se faisait beaucoup trop languir et Ellias s'impatientait. Son regard allait des fleurs à ses papiers, des papiers aux fleurs. Ses collègues l'avaient regardé étrangement quand il avait dépassé le seuil de l'entrée, mais la curiosité s'était vite échappée de leur regard à la seconde où Ellias leur jetait un regard noir à donner la chair de poule tandis qu'il passait devant eux, d'une démarche menaçante. Personne ne dit un mot, mais Ellias savait qu'à l'instant même où il quitterait l'office de police, les rumeurs iront de bon train. À 11h30 pile, il se tenait dehors, encombré par les fleurs et les sucreries, le regard caché sous sa capuche en priant que son manteau soit imperméable.

Gauche, droite, droite, gauche. Ses sourcils commencèrent à se froncer très légèrement alors qu'il cherchait frénétiquement, la voiture jaune qui lui était devenue familière. Au moment même où il repérait cette fameuse voiture, Laureen était apparue, le protégeant de la pluie grâce à son parapluie.

▬ Salut. T'as passé une bonne matinée ?

Inconsciemment, son visage s'éclaira, comme si il voyait la lumière pour la première fois. C'était un tantinet exagéré, mais toutes traces de mauvaise humeur s’effacèrent dès que Laureen fut à ses côtés. Et comment pouvait il en être autrement?

▬ Bonjour, Laureen. Matinée ennuyante, je me suis beaucoup avancé dans mon travail hier ce qui fait que je n'étais pas très surchargée aujourd'hui. Et toi, comment s'est déroulée la tienne?

Il ne s'étalait jamais trop Ellias, à ses yeux, c'était presque s'en intérêt, il n'était pas habitué à ce genre de conversation totalement banale. Et puis, il avait bien trop peur de ne pas employer les bons mots et devenir blasant voir ennuyant. Il préférait laisser Laureen mener la conversation, puisqu'au moins, il ne se lassait jamais de l'entendre. Ellias la suivit, essayant tant bien que mal de protéger ce qu'il avait apporté. Avant de s'installer du côté passager, Ellias installa précautionneusement les sachets de chocolat et les fleurs sur les sièges arrières tentant de les positionner de façon stable afin que rien ne se renverse durant le trajet.

▬ Ah, hum, j'avais presque oublié. Je t'ai apporté une rose. Informa le policier, brisant le silence, le regard fermement accroché à la vitre de la voiture, les lèvres pincées. Je ne savais pas quelle fleur choisir comme, tu, je ne savais pas quelles fleurs étaient tes préférés alors..je me suis dit qu'une rose, que la rose te fera plaisir.

Le tact légendaire d'Ellias, c'était si embarrassant,qu'il préférait éviter tout contact visuel.Les maisons qui défilaient captivaient étrangement son regard.

Spoiler:
 

   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.

________

I'll be yours.
I'll be your father,I'll be your mother,I'll be your lover,I'll be yours ♪

Code crédit - Wild heart
Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t320-ellias-dawkins-o-la-passion-c-est-bien-l-obsession-c-est-mieux http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t344-journal-de-bord-d-un-whitestone-illumine



avatar


Laureen Abberton
(membre d'amour)

Messes basses : 106
Avatar : Alicia Vikander



Situation : Célibataire
Métier/études : Chauffeur de taxi

Réputation : 236

Inventaire : COMMUN
Écureuil chapardeur x1
(temps illimité)

Pouvoirs : Peut agir sur le temps, comme une télécommande sur un lecteur DVD

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Aoû - 1:55

Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amourLaureen x Ellias

Comment se sentir de meilleure humeur qu'on voyant le visage du jeune homme, qui semblait lui aussi content de la voir. Ca lui faisait vraiment chaud au cœur, et aussi ça lui permettait de se sentir rassurée. Laureen étant un peu troublée par ses propres sentiments avait peur de ne pas être capable de déchiffrer ceux du policier, et donc par exemple de lui forcer un peu la main à chacune de leur rencontre. Mais quand l'enchanteresse voyait le visage d'Ellias, elle se disait que dans tous les cas leur amitié était réciproque. Jamais elle n'avait regretté une seconde de l'avoir appelé lui ce fameux 7 décembre. Malgré l'issue tragique de cette journée, elle avait pu renoué avec celui qu'elle espionnait discrètement depuis le jour où il avait prit sa défense... D'ailleurs il fallait vraiment qu'elle arrête de suivre les gens qui l'intrigue, entre Angel et lui elle allait finir par passer pour une véritable stalkeuse ! Enfin bon, chacun ses petits défauts n'est ce pas ?

-"Bonjour, Laureen. Matinée ennuyante, je me suis beaucoup avancé dans mon travail hier ce qui fait que je n'étais pas très surchargée aujourd'hui. Et toi, comment s'est déroulée la tienne?"

Est ce que l'on pouvait tomber amoureuse d'une voix ? Parfois elle le pensait, dans ce genre de moments par exemple. C'était dingue comme la phrase des plus anodines pouvait lui sembler intéressante dans sa bouche. Même si apparemment son ami lui s'était plutôt ennuyé ce matin. Laureen n'avait clairement pas eu le temps, ou la tête à accepter de s'ennuyer des secondes qui défilent. Entre la pluie, ses souvenirs et les préparatifs, depuis ce matin elle avait l'impression d'être hors du temps, comme si elle s'était elle même mise sur pause avec ses pouvoirs.

-"Hé bien dans ce cas il va falloir te trouver d'autres occupations que ton boulot ! Sors un peu le nez de tes dossiers, je crois que le monde pourra se passer de toi cinq minute. Enfin j'espère."

Un léger rire sortit de sa bouche qui reprit bien assez vite sa forme de léger sourire tout en se dirigeant vers la voiture. Laureen admirait vraiment la profession d'Ellias... c'était presque un héros en somme ! Peu était de ceux qui avaient envie de vouer leurs vies à la justice. Enfin, la justice... ce qui y ressemblait. Elle avait compris depuis bien longtemps que dans cet univers il n'y avait pas de justice, et qu'il fallait juste se battre pour essayer de rétablir l'ordre des choses, vainement. Heureusement qu'il y avait encore des policiers, des médecins, et tous ces gens qui vouaient leurs vies pour essayer de rendre celles des autres meilleurs. Même si elle avait cessé d'y croire.

-"Ma matinée était d'une banalité affligeante je suppose... J'ai juste préparer de quoi grignoter et... regarder la pluie. Tu sais, avec Anny, on pouvait passer des après midi à l'écouter tomber un chocolat chaud d'une main, et un livre de l'autre..."

Un sourire un peu amer c'était dessiné sur ses lèvres, et elle était repartie à penser au cimetière, à la raison de cette rencontre, et sa chère grand mère. Cette femme avait été tout pour elle, de sa mère à sa celle amie. Sa disparition avait tout changé dans la vie de Laureen. Toujours elle s'était demandé si elle avait manqué quelque chose de son comportement. Si elle avait fait plus attention, aurait-elle pu la sauver ?

-"Ah, hum, j'avais presque oublié. Je t'ai apporté une rose. Je ne savais pas quelle fleur choisir comme, tu, je ne savais pas quelles fleurs étaient tes préférés alors..je me suis dit qu'une rose, que la rose te fera plaisir. "

Son regard sombre se posa finalement sur Ellias, dans un léger froncement de sourcil d'incompréhension. Venait-il vraiment de lui acheter une rose ? Soudainement elle l'imagina devant la boutique où il avait du l'acheter, déguiser en un prince charmant de pacotille. Tellement cliché! Un autre éclat de rire s'échappa, pendant qu'elle s'agrippa au volant en se reconcentrant autant que possible sur la route. Ce n'était peut être pas la réponse qu'attendait le séduisant enchanteur, mais elle ne pouvait pas résister à continuer à rire. Il était tellement mignon... elle était convaincue qu'il ne se rendait même pas compte du sens caché qu'était offrir une rose. En plus il bafouillait ! Comment voulait-il qu'il résiste ? Elle allait finir par croire que justement, il faisait tout pour la séduire sournoisement... Non, jamais elle ne penserait ça. C'était si peu le genre de l'homme. Il avait dit choisir cette fleur un peu au hasard. Comme d'habitude. Elle jeta un regard vers lui, en essayant d'arrêter ce son de clochettes qui sortait de sa gorge si souvent autrefois, et revenait souvent quand elle était avec Ellias. C'était Billy qui comparait son rire à ça quand ils étaient enfants. Mauvais souvenir, elle se reconcentra sur son "copilote", en reprenant un peu de son sérieux.

-"C'est vraiment adorable de ta part. Vraiment... Merci !"

Elle jeta finalement un regard dans le rétroviseur intérieur à ce cadeau presque empoisonné si elle n'avait pas connu par cœur le bougre à ses côtés. En tout cas encore un truc romantique mais amicale dans ce genre et c'était certain elle risquait de mourir de rire, au premier sens du terme. Elle était fragile enfin ! En tout cas la fleur était vraiment sublime, presque hypnotisante. Comme la pomme pour Blanche Neige, c'était presque aussi difficile de ne pas se laisser avoir...

-"Elle a l'air superbe. Dès que je serais rentrée je la mettrais dans l'eau, et mettrait en pause son métabolisme. Ca en fera une rose éternelle..."

C'était un aspect plus que positif de ses pouvoirs. Elle apprécie particulièrement contrôler le temps des autres comme le sien à sa guise. Néanmoins elle se limite dans leurs utilisations, tout simplement car sinon, elle n'aurait pas l'impression de profiter de la vie comme tout le monde. A accélérer le temps les bons moments disparaissent, et à l'arrêter, dans la léthargie on peut rester figer. Ses possibilités de court retour en arrière lui sont rarement d'utilité, mais il faut avouer que c'est toujours amusant de voir les visages étonnés des personnes revenus de quelques secondes plus tôt dans le temps.

Mais voilà qu'ils étaient garés devant le cimetière. Grâce à lui, la route pour venir avait été ponctué de rires... Non, elle ne devait pas repenser à la rose, rire maintenant serait vraiment très très malvenu. Elle tourna son visage vers Ellias, tout simplement parce qu'elle avait envie de le regarder avant de descendre de la voiture. Laureen détailla légèrement ses yeux qui semblaient toujours un peu fermés, sa bouche qui semblait toujours prête à sourire, à l'instar de sa mâchoire un peu plus sévère... Bon, elle devait arrêter sinon elle allait passer pour une folle. Soupirant une dernière fois, elle ouvrit la porte et sortit de son taxi, pour laisser ses pieds toucher le sol, celui si près de ce cimetière. Celui où reposait un cadavre, un cadavre auparavant si épris de la vie.. Prenant rapidement son sac, les fleurs et les deux livres, elle marcha jusqu'au petit portail avant de se tourner vers le policier, perdu entre tous ses souvenirs, son envie de partir en courant malgré que de toute manière elle ne le puisse pas, et celle de retrouver Addy. Laureen avait encore besoin de lui.

-"Tu viens ...?"



© YOU_COMPLETE_MESS

________

Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t362-laureen-femme-de-verre-vers-son-destin http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t366-incassable http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t365-laureen-is-not-waiting-for-any-message



avatar


Ellias Dawkins
(membre d'amour)

Messes basses : 43
Avatar : Sam Claflin

« There's a ghost in the mirror I'm afraid more than ever.♪ »

Situation : « It's strange what desire make foolish people do.♪ »
Métier/études : Policier.

Réputation : 178

Pouvoirs : Contrôle total sur toutes les matières métalliques.

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 2:06





Laureen&Ellias
« Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amour. »



Hé bien dans ce cas il va falloir te trouver d'autres occupations que ton boulot ! Sors un peu le nez de tes dossiers, je crois que le monde pourra se passer de toi cinq minute. Enfin j'espère.

Il n'avait pas le temps. Il n'avait jamais le temps. Il devait toujours faire quelque chose parce qu'il avait toujours quelque chose à faire. La façon dont Laureen le disait.. tout.. tout ça, tout paraissait si simple quand c'était elle qui le disait. Pourquoi, pourquoi ne pouvait-il pas lui sourire en retour et lui promettre de consacrer plus de temps à  sa vie, à elle? Quelle stupide question, Laureen était la seule personne qu'il côtoyait sans jamais attendre quelque chose en retour, elle n'avait aucun liens avec Blake, elle était juste.. juste Laureen Abberton. Ellias n'avait pas la moindre idée de comment il pouvait qualifier sa relation avec cette jeune femme. De l'amitié? Mais était-il capable de ressentir un peu d'amitié pour quelqu'un autre que sa propre personne?N'y avait-il rien qui tourner rond chez lui? Pourquoi, lorsque Laureen parlait, la vie semblait moins ennuyante, pourquoi lorsqu'elle était à ses côtés, la vie était plus attrayante?

Comme il aurait aimé lui faire part du conflit qui évoluait dans sa tête dès que les fameuses minutes passées à ses côtés se transformaient en heure. Son esprit lui criait, non, il lui hurlait, non plus, enfaîte, je n'ai pas de termes précis, ces mots là ne sont qu'un euphémisme en comparaison à ce qu'il se passait réellement dans son for intérieur. Sa conscience lui vociférait qu'il avait du travail, qu'il devait déclinait toujours les offres que Laureen lui proposait, parce qu'il avait du travail, beaucoup trop de travail..tandis que son cœur, lui soufflait, non, il lui murmurait.. des chuchotements ridiculeusement inaudibles, des murmures à peine audibles.. que les battements de son cœur étaient plus calmes lorsqu'Ellias croisait le regard de Laureen, que tout son être était en paix, tout son corps se relâchait.. Ellias entendait, mais ne comprenait pas. Et même si il ne reniait pas le changement que Laureen opérait sur lui, il ne voulait définitivement pas connaître la raison, la redoutable et véritable raison, de ce changement.

C'était bien plus facile de penser que c'était la personnalité de Laureen, peut être dégageait-elle un type d'aura jovial, ou quelque chose comme ça, qui influençait les émotions de ceux qui se situait dans un petit périmètre autour d'elle.Oui, c'était ça, c'était définitivement son aura. Rien d'autres.

Ma matinée était d'une banalité affligeante je suppose... J'ai juste préparer de quoi grignoter et... regarder la pluie. Tu sais, avec Anny, on pouvait passer des après midi à l'écouter tomber un chocolat chaud d'une main, et un livre de l'autre...

Lorsque sa voix douce et captivante se tût, plongeant l'habitacle dans le silence, Ellias entrouvrit sa bouche, comme si il allait parler, comme si des paroles réconfortantes allaient miraculeusement s'échapper telles des voleuses, de ses lèvres. Il la referma aussitôt. La vérité, c'est qu'il n'avait rien à répondre. Ellias était loin d'être bête et préférait se taire plutôt que de passer pour un idiot, chose qu'il faisait régulièrement lorsque Laureen était dans les environs. Il était incapable de ressentir, pas même un tiers, la douleur qu'elle éprouvait aujourd'hui, la seule chose dont il était capable de se dire, c'est que Laureen n'aurait jamais dû connaitre cette tristesse, et comme il aurait souhaité que cette jeune femme ne la rencontre jamais.

Mais les voilà tout les deux, assis à la même place, à la même date chaque année. Il essayait toujours de faire de son mieux, de se débrouiller pour rendre cette journée plus agréable et plus vivante. Ah, il tentait dû moins, mais il devait se révéler plutôt doué puisqu'il se retrouvait toujours au même endroit à la même période de l'année.. et même si une partie de lui-même avait toujours la tête dans les papiers, l'autre partie était ravie d'oublier tout les soucis de sa triste. Laureen ne savait rien et Ellias trouvait ça mieux ainsi. Il prétendait être quelqu'un d'autres, et ça lui convenait. Avec Laureen, Ellias était un homme au travail dangereux, un homme qui bravait le danger, un homme qui se démenait pour obtenir justice. Avec Laureen, son caractère naturellement réservé était dû à sa timidité, ses maladresses dû à son envie de faire parfaitement.. avec Laureen, il était quelqu'un de bien. Elle était comme sa seconde chance.

Il s'était préparé à plusieurs réactions de sa part, mais certainement pas l'entendre rire aux éclats. Déjà déstabilisé par la façon dont il lui avait annoncé, il se trouvait à présent dans un ascenseur émotionnel chavirant. C'était ridicule? C'était stupide? A la façon dont tout les traits de son visage se crispèrent, on pouvait aisément remarquer qu'Ellias regrettait d'ors et déjà son geste. Il n'aimait pas passer pour un idiot. Il n'était pas idiot. Juste un peu ignorant à la manière dont il devait agir avec Laureen.

C'est vraiment adorable de ta part. Vraiment... Merci !

A la seconde où Ellias entendit ses mots, tout ses muscles, même les plus petits, se décontractèrent. Il arrêta d'enfoncer ses dents à l'intérieur de ses lèvres et ne pu s'empêcher de souffler de soulagement, regrettant d’ambler son geste et espérant de tout cœur que ce soit passer inaperçu. C'est avec une curiosité nouvelle dont il ne se croyait incapable de ressentir, qu'il contemplait la jeune femme examiner la rose, guettant la moindre de ses réactions.

Elle a l'air superbe. Dès que je serais rentrée je la mettrais dans l'eau, et mettrait en pause son métabolisme. Ça en fera une rose éternelle..."

Cette femme n'avait probablement aucune idée de l'impact qu'avait ses paroles sur Ellias. Il était ravi. Ah, comme il se sentait moins stupide. Le poids que portait ses épaules disparus en quelques seconde et il se sentait..agréablement et surprenant bien. Il ressemblait peut être à cet instant présent, à un enfant, le regard brillant et un sourire qui démanger ses lèvres.. mais tout ça, ce n'était qu'éphémère et l'étincelle qui s'était allumé dans son regard, s'éteignit aussitôt. Son regard reprit son allure habituelle, remettant le masque qu'il avait laissé par erreur tombé.

Ça serait formidable, Laureen. Même si le timbre de sa voix était de nouveau neutre, presque froid, insinuant qu'il n'en avait que faire du sort de cette rose et que ça lui était égal..le sourire qui émergeait, aussi léger qu'un battement d'aile d'un papillon de printemps, aussi discret qu'une étoile filante, en disait long sur ce qu'il pensait réellement. Et c'était le total opposé de ce qu'il voulait laisser paraître.

Le bruit du moteur se fit plus discret, tandis que quelques gouttes persistaient à s'écraser contre le pare-brise de l'automobile devenue immobile. Ses yeux rencontrèrent ceux de Laureen et pour une fois, Ellias prit le temps d'admirait toutes les différentes teintes de marrons qui rendaient ses yeux distrayants. Le contact rompu, Ellias se trouvait bien vide à présent. Il avait presque..Froid? Ressentait-il tout juste, l'humidité et le froid glacial qu'apportait la pluie dans son sillage? Un frisson le parcourut tout entier et c'est pensif, qu'il sortit de la voiture suivant plus ou moins Laureen qui l'attendait déjà, arrêtée devant le portail du cimetière. Ellias rejoignit la jeune femme en quelques enjambées, rompant la distance qui les séparer. De sa main libre, il prit avec délicatesse le poignet de Laureen.

▬  Quoi que tu penses dès que tu va passer ses portes, elle est fière de toi Laureen. Elle est heureuse là haut, probablement, mais ce que tu deviens, ce que tu es devenue, c'est ça qui la rend réellement heureuse.

Tout ça était décidément beaucoup trop étrange, vient-il vraiment de faire ce qu'il faisait?Une fraction de seconde, le masque collé à sa peau s'écroula.  Oh, Dieu du ciel, Ellias, reprend toi, tu ne fais pas ce genre de choses. Tu n'es pas très doué pour ça, tu ne l'as jamais été. D'ailleurs, par quelle sorcellerie sournoise, as tu eu l'idée de tels mots? Une autre fraction de seconde suivante et le masque reprit sa place.

Ah, hum, allons-y.

Si sa main avait pu s'envoler et disparaître dans sa poche, elle l'aurait fait sans hésiter. Si Ellias avait pu disparaître six pieds sur Terre et bien.. devinez quoi, il l'aurait fait sans hésiter. Réajustant de sa main gauche, le bouquet qu'il tenait dans sa main droite, il s'empressa de passer devant la jeune femme ,évitant soigneusement, son regard  pour lui ouvrir le portillon. Aujourd'hui était définitivement une journée merdique. Là tout de suite, il désirait juste prendre ses jambes à son cou et fuir. Travailler la nuit ne lui réussissait vraiment pas, son corps faisait beaucoup trop ce qu'il voulait, ce qui était loin de lui plaire.
spoiler:
 
code by Chocolate cookie


________

I'll be yours.
I'll be your father,I'll be your mother,I'll be your lover,I'll be yours ♪

Code crédit - Wild heart
Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t320-ellias-dawkins-o-la-passion-c-est-bien-l-obsession-c-est-mieux http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t344-journal-de-bord-d-un-whitestone-illumine



avatar


Laureen Abberton
(membre d'amour)

Messes basses : 106
Avatar : Alicia Vikander



Situation : Célibataire
Métier/études : Chauffeur de taxi

Réputation : 236

Inventaire : COMMUN
Écureuil chapardeur x1
(temps illimité)

Pouvoirs : Peut agir sur le temps, comme une télécommande sur un lecteur DVD

Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 2:23

Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amourLaureen x Ellias

Apparemment après sa seconde intervention, le policier avait mieux pris sa réaction sans doute un peu exagéré de lui rire au nez. Mais qu'aurait-elle pu faire d'autre de toute manière ? Le prendre sérieusement les aurait tous les deux mis très mal à l'aise, car tous deux n'avaient pas la même vision de cette simple rose. Faire comme si de rien n'était ? Laureen excellait à jouer la non intéressée, mais il y avait tout de même des limites !

-" Ça serait formidable, Laureen."

En tout cas, alors qu'elle allait lui dire que ce n'était rien de si spécial avec ses pouvoirs, elle remarqua si son beau sourire et son cœur rata un battement. Ses yeux se reportèrent aussitôt sur la route, en faisant mine d'être complétement absorbée par le chemin qui défilait, et le code de la route à respecter. Pourtant ses joues légèrement plus rosies ne trompaient personne. Parfois elle se demandait qui d'autres avaient droit à ce sourire. Eux qui ne se voyaient pas si souvent, comment pouvait elle connaître toutes ses fréquentations ? Parfois elle se demandait même si il ne fréquentait pas déjà quelqu'un. Si quelqu'un pouvait profiter de toute son attention, de ses sourires entre l'enfance et la séduction, et de sa voix au quotidien. Si cette personne avait le droit de toucher sa peau, de caresser ses cheveux et d'y mêler ses doigts, d'embrasser douce-... ! Elle se rendit alors compte à la fois de ses pensées, et qu'elle dérivait progressivement vers la file de droite. Hum. Se concentrer. Ils n'allaient pas au cimetière pour faire du repérage.

Mais maintenant qu'elle se trouvait devant le portail, il n'était plus question de faire des blagues. Laureen qui aimait se la jouer détacher sentait sa main qui tremblait légèrement contre son corps, à imaginer le corps de sa défunte grand mère dans un vulgaire caveau. Elle avait froid, et même un des sourires de celui qu'elle aimait ne pourrait la réchauffer. Ne se rendant même pas compte qu'il venait d'ailleurs de s'approcher, ses pensées restaient fixées sur le sort inéducable de la vie : la mort. Puis elle sentit de la chaleur vers son poignet, et dans un froncement de sourcils elle émit un mouvement de recul faible dans un sursaut. Ses yeux glissèrent vers le puit de chaleur qui venait de rencontrer sa peau en clignant un peu des yeux sans savoir vraiment comment réagir. Combien de temps cela faisait-il depuis que personne ne l'avait touché ? Elle fuyait habituellement tout contact, et quand on s'approchait trop d'elle, dans une pause qu'elle créait, elle s'en allait. Mais face à Ellias elle n'avait pas eu ce reflexe, et se savoir aussi proche de lui l'a mis soudainement très mal à l'aise, mais en même temps si rassurée. Il était là. Oui, il était là pour elle. N'était-elle pas alors capable de tout ?

-"Quoi que tu penses dès que tu va passer ses portes, elle est fière de toi Laureen. Elle est heureuse là haut, probablement, mais ce que tu deviens, ce que tu es devenue, c'est ça qui la rend réellement heureuse. "

Ses mots étaient touchants, mais pas autant que ce contact physique. De plus, il avait raison. Facilement, elle pouvait imaginer le visage souriant de sa grand mère, tout simplement comblée par sa présence. C'était fou comme elle lui manquait, comme ça la faisait souffrir de ne plus voir ce sourire. Mais cet amour aussi terrible soit-il l'avait accompagné toutes ses années, et aujourd'hui encore était une part d'elle. Ca la rendait humaine, vivante.

En tout cas malgré tout, cette situation était vraiment très étrange. Jamais Ellias n'agissait comme ça d'habitude, et soudainement elle se sentait si spéciale à ses yeux. C'était tellement idiot, elle le savait bien pourtant. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que peut être dans le cœur du jeune homme elle était importante. Qu'il ne faisait pas ça parce qu'il avait un peu d'affection et de pitié pour la petite malade de sa classe.

-"Ah, hum, allons-y."

Lui aussi semblait soudainement profondément gêné, et si tout n'avait pas été aussi bizarre elle en aurait souri. Quand il passa devant elle, Laureen mit vaguement sa main dans ses cheveux pour les mettre un peu en place en toussotant légèrement. Il fallait vraiment qu'elle arrête de se faire des films, même si c'était sa spécialité. En tout cas tout ça avait un peu détourné ses pensées, et prenant son courage à deux mains elle entra à son tour dans cet endroit à l'ambiance si spéciale, où si les fantômes existaient ils se retrouveraient sans doute ici pour une petite partie de poker.

Un peu comme un robot, elle avança rapidement au point d'en dépasser Ellias. Rien que regarder son dos l'avait fait repartir dans ses pensées beaucoup trop amoureuses. Tout chez lui savait comment s'incruster dans l'esprit de Laureen, et ne plus en partir. De ses yeux brillants et à ses lèvres qui s'élargissaient doucement quand il souriait, à sa moue boudeuse quand il ne savait pas comment réagir... Elle était repartie ! Finalement son regard se posa sur les dédales de tombes. Elle aussi allait finir aussi. Lui aussi. Qu'est ce qui allait la tuer ? Sa maladie ? Un malade dans la nuit ? Une mante religieuse géante créée par un botaniste chimiste fou ? Les hypothèses allaient dans bon train afin de se changer les idées avant qu'elle ne tombe devant celle qu'elle redoutait et attendait. A chaque fois elle était étonnée de voir le nombre de bouquets qui s'y trouvaient. En même temps sa mamie était sans doute la plus adorée de la ville. Toujours à vouloir vous refourguer ses délicieux cookies, et à vous écouter comme si quoi que vous disiez était digne de plus grand de tous les intérêts. Du fils de l'apothicaire jusqu'au balayeur du coin, elle avait su se faire aimer de tous. Laureen ferait mieux d'en prendre de la graine. A aimer trois personnes dans tous l'univers elle allait finir vieille fille aigrie qui radote en parlant avec sa table basse... Si elle arrêtait d'être aussi désagréable avec les inconnus... Heureusement qu'Ellias ne l'a jamais vu se comporter avec ceux qu'elle n'aime pas. Si il la connaissait vraiment, jamais il ne pourrait se montrer aussi patient et gentil avec elle. Non, jamais elle ne lui ferait part de sa part d'ombre. Mieux valait rester dans la lumière n'est ce pas ?

Sur la tombe toute grise, se trouvaient déjà une dizaine de bouquets tous différents, qui semblaient tous exprimer à leur manière ce qu'il avait vécu avec cette si incroyable femme qui se trouvait maintenant sous terre. Son nom était inscrit en doré en haut. Addison Abberton. Laureen eu du mal à déglutir. Peut être que si elle avait été seule, elle se serait simplement mise à pleurer. Mais Addy attendait d'elle qu'elle soit forte, et heureuse. Plus facile à dire qu'à faire.

-"Hey Addy... C'est moi. Laureen. Je suppose que tu te souviens quand même de qui je suis...je t'ai amené... des fleurs. Et des livres. Voilà..."

Son visage n'exprimait rien de spécial, mais sa voix n'avait pu s'empêcher d'être un peu tremblante. Elle posa donc les fleurs bleues contre la tombe, ainsi que les trois ouvrages. Une page d'amour de Zola, Centinelle de Clémence Lucas et Tous les héros s'appellent Phoenix, d'un auteur imprononçable. Tous les trois avaient été conseillé par le bibliothécaire du coin après la description des envies de lectrice de sa grand mère par Laureen. C'était peut être bizarre d'offrir des livres. Enfin, si quelqu'un les prenait pour les lire ça ne gênerait ni Addy ni la jeune femme.

-"Je dois avoir l'air complétement folle à acheter des bouquins à une morte et à parler à une tombe... Enfin, dans tous les cas tu as vu j'ai amené Ellias. Il est aussi là cette année. Tu dois être contente que je t'emmène un bel homme encore une fois hein ! "

Un léger rire finit par sortir de la bouche de Laureen, sans qu'elle ne réalise vraiment qu'elle venait de faire un compliment à l'homme à ses côtés. Elle se souvenait si bien que sa mamie était bien plus férue qu'elle d'espionner les beaux garçons dans la rue. C'était peut être de ça dont venait la mauvaise habitude de Laureen d'épier les autres à distance au lieu de se mêler à eux. Finalement, elle sortit un élastique afin de s'attacher les cheveux, et elle commença à prendre doucement tout ce qui honorait la tombe pour le mettre de côté. Elle voulait juste un peu nettoyer la tombe, alors elle s'y attela en se baissant et sortant les produits de son sac. Quand elle eu terminé à peine quelques minutes plus tard, elle ne put s'empêcher de murmurer, en passant sa main sur la tombe.

-"Tu me manque tellement..."

Ses yeux commencèrent à s'embuer, alors elle se releva vite en soufflant doucement. En détournant le regard, elle croisa un dixième de seconde celui d'Ellias. Elle cligna alors rapidement des yeux pour faire disparaître l'eau qui avait failli monter dans ses pupilles, en se mettant de dos. Tout allait bien. Heureuse. Forte. Elle le devait. Alors qu'on aurait pu s'attende à ce qu'elle même attende un mot de réconfort de la part de celui qui l'accompagnait, elle se tapa soudainement les joues. Non, Laureen n'avait besoin de personne, sauf de sa grand mère, mais comme elle n'était plus là il fallait bien qu'elle se bouge. Se tournant à nouveau vers le jeune homme, elle lui fit un sourire. Un sourire reconnaissant.  Un de ceux qui lui font plisser légèrement les yeux. Oui, elle était heureuse d'être entrer dans ce foutu cimetière, et soulagée qu'il soit là avec elle tout de même. Mais elle aurait pu le faire seule, elle savait qu'elle en avait la force. Elle était heureuse oui, et sa grand mère ne pouvait que l'être aussi dans ce cas.

-"Je crois qu'on peut y aller... On n'a qu'à manger au parc en face."

Son sourire s'effaça progressivement, pendant qu'elle marcha de nouveau vers la sortie. Peut être qu'en fait, maintenant elle était prête à venir plus souvent. En même temps, elle n'était plus une gamine, et elle ne devait pas se cacher derrière de fausses excuses. Arrivé devant le portail, elle l'ouvrit en jetant un regard vers l'endroit où repose le corps de sa grand mère. Oui, elle se repose simplement après avoir eu une longue et belle vie. Addy n'avait sans doute pas de regrets, alors elle devait aussi essayer d'en avoir le moins possible.

Après avoir marché deux petites minutes, ils entrèrent dans le parc. Laureen marchait un peu devant, et elle se tourna soudainement vers lui avec un petit sourire malicieux.

-"Essaye de deviner ce que j'ai préparé à manger ~"

© YOU_COMPLETE_MESS

________

Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t362-laureen-femme-de-verre-vers-son-destin http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t366-incassable http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t365-laureen-is-not-waiting-for-any-message
 
Dire au revoir à la mort et bonjour à l'amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Répondre au sujet


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ Illuminate the Darkness :: Histoire :: Ville. :: Cimetière.-
Sauter vers: