pensez à voter pour nous sur ces tops - sites toutes les 2h !
souhaitez la bienvenue aux nouvelles bouilles !
si tu manques d'inspiration, inscris toi à la roulette et reçois un rp sur mesure !
donnez du courage aux absents !

Partagez | 
 

 Kept under control | ft. Gabriel Mesvell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar


William C. Gardner
(esthéticienne du fofo)

Messes basses : 217
Avatar : Jude Law

Crédit(s) : Avatar déniché par mon Roro d'amûuur

Vous êtes toutes mes gows, je bois les larmes de vos keums krrkrr

Situation : Kind of a womanizer
Métier/études : Poursuit des études pharmaceutiques.

Réputation : 1173

Inventaire : COMMUN
Poupée vaudou x1
(une semaine)

Pouvoirs : William peut se retrouver projeté dans une scénette qui peut tout aussi bien provenir du passé ou du futur d'une personne. Ne maîtrisant cependant pas son pouvoir, ces flashs arrivent le plus souvent aux moments les moins importuns. Il arrive malgré tout à forcer leur apparition en inhalant une poudre de sa concoction.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Oct - 17:49

Kept under control ☣️ft. MESVELL Gabriel

Ce premier soir d'Octobre n'était pas particulièrement avenant ; il faisait déjà bien sombre dans la ville, et un flux de vent glaçait quiconque avait l'audace de vouloir mettre le nez dehors malgré tout. La cité ne perdait pourtant en rien de son charme : le feuillage rouge des arbres majestueux, héritage laissé par les fondateurs d'Elyas, était répandu par terre - tantôt balayé par l'air soufflé, tantôt foulé par des pieds pressés.

Oui, le tableau de ce tapis vermeil était ravissant - mais Billy ne souhaitait pas s'éterniser à l'extérieur. Les rues de la ville étaient désertes - toutes, à l'exception de celle qui s'allongeait en direction du canal : une bonne vingtaine de personnes attendaient devant une bâtisse, grelottant presque. Cette image-ci était navrante - les videurs semblaient prendre un malin plaisir à faire durer l'examen des entrées ; elle arracha un sourire au Gardner.

Parfait.

La voiture s'arrêta à quelques mètres de l'entrée de la boîte - il avait expressément demandé au chauffeur de ne pas se mettre juste devant. C'était une question de principe - et de bon goût. Chose qui était visiblement totalement étrangère à la conductrice.

A cette distance, éclairé par les spots lumineux, il lui était possible de passer en revue quelques visages de la file : une ou deux jeunes femmes graciles, un front qu'il jugea particulièrement proéminent.. Mais rien de bien intéressant.

« Allons-y. »

La silhouette à ses côtés opina du chef, rangea son poudrier à l'intérieur d'un petit sac qu'elle accrocha à son poignet et sortit à sa suite du taxi. Une fois dehors, ils ne purent tous deux réprimer un grelottement : oui, décidément, Billy plaignait les gens de la plèbe' - obligés de faire la queue à l'extérieur.

Vingt-deux heures trente. Son bras gauche offert à sa compagne si joliment apprêtée, William C. Gardner fit son entrée à la soirée du siècle. Un rictus amusé - causé par les regards noirs et envieux qu'il avait récolté en passant juste devant la file d'attente, était peint sur ses lèvres. Rictus qui s'atténua quelque peu lorsque de la musique électro arriva à ses oreilles.

La soirée du siècle, oui - soirée à laquelle il n'aurait sans doute jamais voulu participer si elle ne présentait pas une sacrée opportunité. Car oui - les flashs aveuglants, les murs qui tremblent, la piste surpeuplée, la chaleur omniprésente : c'était très peu pour lui. Le Gardner préférait en général les endroits plus sélects - plus discrets aussi. Et lorsqu'il lui arrivait de fréquenter ce genre d'endroit plus populaire, il s'arrangeait toujours pour relever, un minimum, le niveau de l'établissement.

Des invités qu'il faisait trier, des cocktails qu'il offrait à bout de bras.. Oui, quand William allait quelque part, il se faisait toujours annoncer à l'avance - de manière plus ou moins officielle.

Mais aujourd'hui, il voulait compter sur l'effet de surprise : et c'est sans doute pourquoi ils faisaient ironiquement tous deux assez tâches ici : lui, avançant comme si l'endroit lui appartenait, un cigar au bord des lèvres et une bague en améthyste au doigt, et elle, divine dans sa robe pourpre - là où les autres étaient de noir vêtues, et parée d'un impressionnant plastron.

Le Gardner se fit pourtant la réflexion, tandis qu'il sirotait une coupe en esquivant un nouveau regard de travers, qu'il en avait peut-être fait un peu trop.. Mais il n'avait pas le droit à l'erreur et l'excitation lui tiraillait le ventre : cette mission, cette enquête qu'il s'était lui-même confié après la réunion solennelle de dimanche dernier..

C'était le hasard qui l'avait mené à faire sa rencontre, l'ennui qui l'avait poussé tendre l'oreille lors d'une discussion à laquelle il n'avait pas vraiment convié...
Et son audace qui lui permettrait de réussir.

Assis au coin du bar - l'emplacement rêvé pour guetter les faits et gestes de sa cible, la cravate maintenant dénouée - enfouie dans la poche de sa veste ; le Gardner semblait enfin s'être intégré à la scène qui se jouait sous ses yeux.

On lui prêtait maintenant moins d'attention, mais la sienne n'avait de cesse de se tourner vers Jenna, celle qui l'avait accompagné. Elle s'était quelque peu lassée d'être en retrait et était partie se loger au plein centre de la piste - elle jouait, sans même le savoir, son rôle à merveille.

« Bon.. Où se cache-t-il ? »

Cette question qui lui échappa des lèvres trouva presque immédiatement réponse. Un homme venait de s'approcher de la jeune blonde pour lui faire la bise. Il était de dos, mais sa carrure moyenne et sa tignasse mal peignée étaient les mêmes que celles qu'il avait percuté quelques semaines auparavant - Billy pouvait le jurer.

Gabriel Mesvell - un fêtard invétéré, dragueur de surcroît qui prenait plaisir à séduire les femmes, même quand ces dernières lui étaient d'un statut social bien supérieur. Un garçon qu'on pouvait croiser, à coup sûr, à l'une de ces soirées populaires - mémorables. Le genre à réussir à entrer à peu près partout, le genre à toujours arriver à ses fins.

Trouver son nom et des amis communs ne fut pas bien compliqué - il était inscrit dans l'université voisine à la sienne et son attrait pour la fête lui avait offert quelques amitiés dans son propre milieu.

Etait-il là depuis longtemps ? Faisait-il partie de ceux qu'ils avaient devancés tout à l'heure ? Impossible de le savoir - Billy aurait voulu voir son entrée, mais il lui était impossible d'avoir l’œil partout. L'important était que Gabriel soit bien là.

Le Gardner commanda deux coupes de champagne. Il porta la première à ses lèvres, et se dirigea d'un pas tranquille vers les deux compères qui venaient de se retirer dans la piste.

Jenna était vraiment parfaite ; William n'eut même pas besoin d'ouvrir la bouche pour qu'elle sente sa présence et se tourne vers lui. Ses yeux clairs brillaient tandis qu'elle acceptait la coupe et que le bras du Gardner venait se loger autour de sa taille.

Son sourire habituel se dessina - affable, trop courtois pour être honnête et un poil condescendant pour la personne sur qui il posa les yeux :

« Bonsoir. »


________

twist of fate
Revenir en haut Aller en bas
http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t69-qu-est-ce-qu-on-ne-donnerait-pas-pour-l-etrangler-avec-sa-cravate http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t71-made-of-cigar-and-lipstick#485 http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t109-william-c-gardner http://illuminate-darkness.forumactif.fr/t74-ca-pourrait-etre-funky-donc
 
Kept under control | ft. Gabriel Mesvell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Répondre au sujet


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
+ Illuminate the Darkness :: Histoire :: Ville. :: Vie nocturne.-
Sauter vers: